BFM Business

PSA arrête la production à Aulnay et supprime 8.000 emplois en France

BFM Business

PSA Peugeot Citroën va supprimer 8.000 emplois en France, les usines d’Aulnay et Rennes sont très touchées. PSA va arrêter la production à l'usine d'Aulnay-sous-Bois, qui emploie 3.300 salariés, d'ici 2014.

Suite à l’annonce de la suppression de 8.000 postes, le secrétaire général de l’UMP a déclaré "la cote d’alerte est dépassée. Je suis extrêmement préoccupé par cette annonce". Jean-François Copé a ajouté que l’opposition au nom de laquelle il s’exprimait serait au côté du gouvernement s’il s’agissait de définir la compétitivité de l’industrie française comme "la priorité absolue". 

Les syndicats de PSA sous le choc

Les syndicats du groupe PSA ont qualifié les décisions de "dramatiques". La CGT qui a demandé au gouvernement d’interdire la fermeture de l’usine d’Aulnay-sous-Bois a déclaré que "la lutte va démarrer" maintenant en estimant qu’"en temps de crise économique, c’est un crime social de fermer une usine". Franck Don de la CFTC a déclaré que la situation était dramatique et que les pertes d’emplois sur le territoire seront des emplois perdus à jamais. De plus, selon lui, la baisse des effectifs en recherche et développement est gravissime et n’augure rien de bon pour l’avenir.

"Une onde de choc pour notre pays"

Marisol Touraine a réagi ce jeudi matin à l’annonce de suppression de postes de PSA. La ministre des Affaires sociales a déclaré "c’est une onde de choc pour notre pays". Elle a assuré que l’Etat va regarder "ce qui doit être exigé dans l’intérêt des salariés". Concernant les aides perçues par le groupe PSA, selon elle il s’agit de s’interroger sur les "choix stratégiques du groupe", elle rappelle que "c’est un investissement du gouvernement c’est-à-dire de la collectivité et cet argent a été versé sans contrepartie".