BFM Business

Pourquoi les trains et métros sont ralentis pendant la canicule?

-

- - Police du 91

Les transports ferroviaires ont de nouveau été mis à rude épreuve à l'occasion de cette seconde période de canicule. En effet, les fortes chaleurs perturbent le trafic, notamment en déformant les rails et détendant les caténaires.

L'Ile-de-France a connu un nouvel épisode de canicule cette semaine, alors que Paris a enregistré un record de température avec 42,6°C relevés jeudi. Conséquence, une chaleur particulièrement éprouvante pour les Franciliens notamment dans les transports en commun.

En plus des malaises voyageurs dans les lignes qui ne sont pas climatisées, les températures élevées ont un impact physique direct sur des infrastructures essentielles comme les rails et les caténaires.

Les caténaires risquent de se détendre

Pour rouler, certains trains ont besoin d'électricité. Le long des lignes, des poteaux sont donc installés à intervalles réguliers chargés de supporter tout un ensemble de conducteurs à base de cuivre, les caténaires. Celles-ci ont une mission primordiale: soutenir les câbles d'alimentation électrique des trains qui doivent toujours rester rectilignes. En temps ordinaires, cela est possible grâce à un système de poulies et contrepoids.

En cas de fortes chaleurs, les caténaires peuvent se détendre et ainsi toucher le toit du train ou créer un arc électrique avec ce dernier. Les caténaires risquent alors de se retrouver arrachées. Limiter la vitesse des trains permet alors de prévenir le problème.

Les rails se déforment

Ralentir les trains permet aussi d'éviter une déformation des rails. Ces derniers, composés à 95% d'acier sont en effet très sensibles à la chaleur. "Si la température extérieure atteint les 37° C, la température du rail peut dépasser les 55°C. La forte température créée une force de compression, appelée 'dilatation contrariée': c’est à dire que cela peut provoquer des risques de déformation de la voie. Pour assurer la circulation des trains en toute sécurité et limiter la déformation de la voie, nous adaptons la vitesse des trains", explique la SNCF sur le blog de la ligne L du transilien.

Des agents de la RATP ou de la SNCF doivent donc s'assurer que la température des rails n'atteint pas un seuil critique. Si tel est le cas, la circulation des trains est fortement ralentie. 

Les lignes 8,13 et 6 les plus concernées

Des réductions de vitesse ont été mises en place sur certaines lignes de métro, entraînant ainsi une baisse du nombre de trains: "Sur le métro la limitation ne serait que sur les parties aériennes", a assuré jeudi à BFM Paris Catherine Guillouard, la PDG de la RATP, expliquant que les métros concernés ne roulaient qu’à 30 km/h.

"Sur les lignes 1,2 et 5 il n’y a pas de ralentissements. Sur les lignes 8 et 13, il faut compter jusqu’à 10% de trains en moins. Enfin, il faut s’attendre à -15% de trafic sur la ligne six qui est très aérienne", a-t-elle ajouté.

Davantage de malaises voyageurs

Par ailleurs, lors des pics de chaleur, les malaises voyageurs se multiplient, notamment sur les lignes de métro et de RER non climatisées. Cela engendre aussi d'importantes perturbations du trafic. Plusieurs associations d'usagers réclament ainsi plus d'agents en gare et des services de secours supplémentaires pour prendre en charge plus rapidement les personnes souffrant de malaise. 

"Les malaises de voyageurs sont une de nos grosses préoccupations. Même en dehors des périodes de canicule, cela a des conséquences très concrètes sur la circulation des trains, notamment des RER", expliquait lundi sur notre antenne, Marc Pélissier, président de l’association des usagers des transports Ile-de-France "Il faut vraiment travailler pour avoir des procédures rapides."

Cyrielle Cabot (avec G.D.)