BFM Business

Permis: opter pour la conduite accompagnée permet d'économiser 550 euros

La conduite accompagnée offre un meilleur taux de réussite des jeunes à l'examen du permis.

La conduite accompagnée offre un meilleur taux de réussite des jeunes à l'examen du permis. - -

Pour les candidats au permis, la conduite accompagnée se révèle moins chère et plus efficace qu’une formation classique. C’est la conclusion d’une étude publiée, ce 10 juin, par l’association Prévention routière.

Le rabais est substantiel : 550 euros. C’est ce qu’économisent en moyenne les candidats au permis qui ont opté par la conduite accompagnée par rapport à ceux qui ont suivi une formation classique. C'est l'une des conclusions qui ressort de l'étude "Les jeunes Français et le permis B", publiée ce lundi 10 juin par l’association Prévention routière.

La conduite accompagnée est accessible dès 16 ans, et elle est choisie par près d’un tiers des candidats. Elle revient "nettement moins cher" selon l'association notamment car elle nécessite moins d’heures de leçons en auto-école.

Passer le permis en conduite accompagnée revient en moyenne à 1.110 euros, contre 1.665 euros (1.995 euros en Ile-de France) pour la filière traditionnelle. Pour calculer ces chiffres, l’association se base sur les données recueillies auprès d’un millier de jeunes âgés de 18 à 24 ans.

Obtenir son permis du premier coup

Une économie d’autant plus intéressante, quand on sait que le permis coûte plus cher que prévu à plus de la moitié (56%) des candidats. L’échec à l’examen engendre souvent un délai pour obtenir une nouvelle date de passage et des heures de conduite supplémentaires pour compléter la préparation.

Là encore, la conduite accompagnée se révèle plus économique: 70% des jeunes qui l’ont suivie obtiennent leur permis du premier coup, contre 62% pour la filière traditionnelle. De la même façon, alors que la moyenne des forfaits souscrits est de 22,6 heures, le nombre d'heures de conduite réellement prises est de 26 heures pour la conduite accompagnée, contre 35 pour la formation classique.

Un choix à méditer donc pour les 17% de jeunes de 18 à 24 ans qui n’ont encore entamé aucune démarche pour passer le permis. D’autant que l’obtention du papier rose représente "un parcours du combattant", et même une "épreuve difficile" pour 49% des jeunes interrogés. Un sentiment partagé principalement par les candidats habitant en Ile-de-France, ceux qui n’ont pas le bac et ceux qui passent par la formation classique.

Romain Fonsegrives avec AFP