BFM Business
Transports

Municipales: 21 associations cyclistes s'unissent pour placer le vélo au cœur de la campagne

21 associations de cyclistes franciliennes ont décidé de se regrouper en vue des municipales. Le collectif Vélo Ile-de-France souhaite convaincre les candidats d'intégrer le vélo comme solution de mobilité du quotidien dans leurs programmes pour développer des aménagements cyclables à l'échelle de l'Ile-de-France.

Les municipales approchent et les cyclistes veulent s'en saisir pour faire avancer la cause du vélo. 21 associations de cyclistes de toute l'Ile-de-France ont décidé de se réunir au sein d'un nouveau collectif baptisé simplement Collectif Vélo Ile-de-France pour faire valoir les intérêts des cyclistes lors des élections de l'an prochain.

"L'idée, c'est de peser sur les candidats et nous assurer que le vélo soit présent dans le programme municipal des candidats comme solution de mobilité plutôt qu'une solution de loisirs", explique sur BFM Paris Stein Van Oosteren, porte-parole du collectif. 

Dans un contexte où la pollution de l'air est devenue un enjeu en Ile-de-France et où la majorité des trajets franciliens (78%) sont inférieurs à 5 km, les cyclistes voient dans le vélo "une solution". Mais pour convaincre les Franciliens à se mettre au vélo, il y a encore du chemin à faire. 

"60% des Français et des Françaises aimeraient faire du vélo mais n'osent pas parce qu'ils ne se sentent pas en sécurité, parce qu'il n'y a pas d'infrastructures et surtout il n'y a pas assez d'infrastructures continues", poursuit Stein Van Oosteren. 

"Pour les pistes cyclables, il n'y a pas de plan global"

Les aménagements cyclables sont en effet décidés commune par commune et peuvent conduire à des situations où la piste cyclable s'arrête net entre deux villes, de quoi dissuader les cyclistes. Si les plans vélos se multiplient en Ile-de-France, à commencer par celui de Paris ou de la Région, le collectif Vélo Ile-de-France est persuadé qu'il est possible de faire "beaucoup mieux".

"Pour les pistes cyclables, il n'y a pas de plan global. La Région met en place un programme et attend des communes qu'elles viennent voir la Région pour dire, j'ai un plan vélo à financier. Mais il n'y a pas de vision, pas d'architecte global", déplore le cycliste.

Le collectif compte ainsi proposer son expertise et marteler son "plaidoyer vélo" auprès des candidats aux municipales. Des groupes de travail vont être organisés pour former les adhérents du collectifs qui iront ensuite à la rencontre des futurs élus. "Il faut former les élus pour que eux aussi puissent convaincre les habitants, parce que ce n'est pas encore évident cette question du vélo", ajoute Stein Van Oosteren.

Carole Blanchard