BFM Business

Michelin réduit la voilure dans son berceau clermontois

Le bibendum dégraisse dans ses effectifs

Le bibendum dégraisse dans ses effectifs - Thierry Zoccolani - AFP

Le fabricant de pneumatiques a annoncé ce mardi 1er mars qu'il allait supprimer 494 postes à Clermont-Ferrand, en évitant tout départ contraint. Michelin va passer une provision de 55 millions d'euros pour financer cette réorganisation.

Michelin va sabrer dans les effectifs de son siège historique. Le groupe au bibendum a ainsi annoncé la suppression de 494 postes à Clermont-Ferrand dans le cadre d'une réorganisation de ses activités. Ce coup de rabot sur les effectifs se fera toutefois sans départs contraints.

Ce plan va obliger le groupe à passer pour 55 millions d'euros de provisions dans ses comptes semestriels, a-t-il précisé dans un communiqué. Il s'accompagnera d'un programme d'investissements de 90 millions d'euros d'ici 2020 "pour accélérer la transformation des sites clermontois en pôles industriels et technologiques d'excellence".

Reclassements en interne

Dans le détail, 330 postes vont être supprimés sur le site de La Combaude où l'atelier de rechapage (le recyclage d'un pneu neuf via l'ajout d'une nouvelle gomme) va être fermé. "La crise du rechapage a conduit à une situation de surcapacité structurelle de production de pneus rechapés en Europe et contraint Michelin à rationaliser son dispositif industriel en concentrant ses activités de rechapage dans un nombre plus limité de sites. Pour rappel, le marché européen du rechapage a connu une baisse de 25% en volume entre 2007 et 2015", justifie le groupe dans un communiqué.

Les salariés dont le poste va être supprimé se verront proposer plusieurs autres postes équivalents dans d'autres usines. "Les forts besoins de recrutement des autres usines clermontoises, qui doivent embaucher 400 opérateurs de production au cours des trois prochaines années, faciliteront les mouvements de reclassement interne", assure Michelin.

Les 164 autres postes supprimés concernent l'ingénierie, qui va également être réorganisée à l'horizon 2018. Là encore, les salariés concernés vont se voir proposer un plan de mobilité interne. "Les salariés qui choisiront ce dispositif de mobilité fonctionnelle pourront tous évoluer vers un nouveau poste dans un site de Clermont-Ferrand ou de son agglomération", indique Michelin.

"Les autres services 'Support' du groupe Michelin à Clermont-Ferrand verront leur organisation s'adapter progressivement dans le temps", selon la direction.

J.M. avec AFP