BFM Business

Les oreillettes au volant seront interdites au 1er juillet

A partir du 1er juillet, l'utilisation de l'oreillette au volant mais aussi en scooter ou en vélo sera interdite. Le gouvernement durcit-il à outrance la politique de sécurité routière? Pas si sûr.

"Neuf accidents sur dix ont pour cause le comportement de l'usager. (... ) Il faut travailler à changer les comportements", insistait fin mai le délégué interministériel à la Sécurité routière Emmanuel Barbe lors de l'annonce d'une hausse de la mortalité sur les routes en 2014. Dans cette optique, au 1er juillet, le taux d'alcoolémie légal sera abaissé de 0,5 à 0,2 gramme par litre de sang pour les conducteurs novices (trois ans après le permis ou deux s'il y a eu conduite accompagnée) et les oreillettes, casques et écouteurs, qu'ils servent à téléphoner ou écouter la radio ou de la musique, seront également interdits au volant. Ces mesures s'inscrivent dans le plan de 26 points développé par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve en janvier 2015.

Cazeneuve durcit-il le ton?

Mais, questionne jeudi Le Parisien, que peut-on encore faire au volant? Le quotidien détaille le point qui concerne les oreillettes. Son utilisation coûtera désormais 135 euros d’amende mais aussi trois points de moins sur votre permis de conduire. Et ces sanctions seront aussi appliquées aux conducteurs de scooter et de vélo (uniquement l'amende). Une sanction lourde qui s'ajoute à de nombreux autres interdits comme manger au volant, se maquiller, écouter de la musique trop fort ou encore fumer dans le véhicule lorsqu'un enfant s'y trouve.

Plus largement, ces nouvelles interdictions s'ajoutent à l'interdiction de consommer de l'alcool, des drogues ou de ne pas porter sa ceinture de sécurité.

Pour autant, "il ne faut pas oublier que Bernard Cazeneuve a refusé la limitation généralisée à 80km/h sur les routes. Ce n'est pas un ministre qui durcit la politique routière, tempère l'association 60 millions d'automobilistes interrogée par BFMTV. Il répond juste à de nouvelles problématiques car le téléphone mais aussi l'envoi de SMS est extrêmement dangereux. On ne peut pas attendre, il faut prendre des mesures". Bernard Cazeneuve doit présenter l'application de ces nouvelles mesures ce jeudi.

S.A.