BFM Business

Les folles ambitions de l'ex-gloire de l'automobile allemande

Christian Borgward (en bas à gauche) veut conquérir la Chine avec cette marque créée par son grand-père et disparu en 1961.

Christian Borgward (en bas à gauche) veut conquérir la Chine avec cette marque créée par son grand-père et disparu en 1961. - Borgward

Christian Borgward va relancer la marque créée par son grand-père qui avait disparu en 1961. Après 7 années de travail dans le plus grand secret, il dévoilera ses premiers modèles au salon de Francfort. Son objectif: produire 800.000 exemplaires dès 2020.

A côté des Volkswagen, BMW, Mercedes et Opel, l'Allemagne va-t-elle compter prochainement un cinquième fleuron de l'automobile? C'est en tout cas l'ambition de Christian Borgward, patron de la marque éponyme, qui va dévoiler en septembre au salon de Francfort un premier véhicule. Si la société n'a encore pas dévoilé grand chose, on peut en déduire aux vues de cette première photo qu'il s'agira certainement d'un SUV. Un modèle qui devrait être hybride si on en croit la rumeur.

-
- © Borgward

Et le constructeur allemand est pour le moins ambitieux. Son patron, qui envisage de sortir deux modèles par an, compte atteindre d'ici 2020 une production annuelle de 800.000 véhicules. Rien que ça. A titre de comparaison, un constructeur comme Volvo qui a pourtant battu un record en 2014 n'en a vendu "que" 460.000. Comment Borgward compte s'y prendre pour s'imposer aussi vite sur le marché mondial? En ciblant la Chine en priorité. C'est là-bas que la société -qui a déjà embauché 1.000 personnes- fabriquera et vendra ses véhicules. avant dans un second temps une ouverture vers les marchés occidentaux. Des automobiles qui seront tout de même conçues en Allemagne, précise le groupe.

Le 3ème constructeur allemand en 1959

Car la société n'est pas un nouveau venu dans le secteur. Borgward est en effet une vieille marque automobile allemande qui a connu ses heures de gloire entre les années 40 et 50. Elle avait été créée en 1919 par le grand-père de l'actuel patron, Carl Borgward, qui fabriquait auparavant des radiateurs automobiles et qui avait tenté une heureuse diversification en produisant son premier véhicule. C'est dans les années 50 avec le lancement de l'Isabella que Borgward rencontrera son plus grand succès. Vendu à 200.000 exemplaires, ce coupé permettra à la marque de se hisser à la fin des années 50 dans le top 3 des constructeurs germaniques.

Le modèle Isabella de Borgward sortie en 1954

-
- © CC

Un succès de courte durée. En 1961, acculé par les dettes, le groupe fera faillite. Depuis la société était complètement tombé dans l'oubli. Jusqu'en 2008 où un consortium constitué par le petit-fils du fondateur relance la société avec d'anciens de chez Saab et de Mercedes-Benz. Une équipe qui a donc mis 7 ans à observer les habitudes des utilisateurs et qui veut aujourd'hui réinventer l'écosystème de l'automobile en intégrant par exemple le consommateur dans le processus de R&D.

C'est ce qu'indiquait en mars dernier Christian Borgward au site d'Industrie&Technologies. Beaucoup d'idées donc qui seront dévoilées le 17 septembre prochain à l'ouverture du salon de Francfort.

Frédéric Bianchi