BFM Business

Les compagnies aériennes françaises demandent un prolongement des aides d'Etat

Invité sur BFM Business ce lundi, le PDG de Corsair, Pascal de Izaguirre, a demandé un prolongement des principaux dispositifs d'aides de l'Etat ainsi qu'un report des remboursements de cotisations sociales et des PGE.

Les compagnies aériennes françaises ne voient pas le bout du tunnel. Toujours fragilisées par la crise sanitaire, Air France, Corsair, Air Caraïbes et French Bee ont demandé au gouvernement un prolongement des aides de l’Etat, rapportent Les Echos. Leurs dirigeants justifient cette requête par un niveau de trafic qui peine à retrouver des couleurs.

"On se réjouit que beaucoup de secteurs redémarrent, que la croissance reparte. Malheureusement, ce n’est pas le cas pour le transport aérien. (…) On espérait que 2021 serait une année de reprise et puis on subit des stop and go", a déclaré sur BFM Business Pascal de Izaguirre, PDG de Corsair International.

En effet, le trafic des compagnies aériennes tricolores en septembre n’était que "de 52%" du niveau d’avant-crise, "et si on regarde le chiffre d’affaires des compagnies, on est à -60% de la référence de 2019 donc c’est une sortie de crise extrêmement lente", a poursuivi le patron de Corsair.

Prolongement des aides

Dans ces conditions, les transporteurs tricolores demandent "soit la reconduction, soit l’adaptation (des dispositifs d’aides existants, ndlr), soit de nouvelles mesures pour nous aider à traverser la crise jusqu’à ce qu’on recouvre une activité normale", a indiqué Pascal de Izaguirre.

Parmi les aides demandées, il a cité "une activité partielle de longue durée qui soit mieux indemnisée par l’Etat", à savoir "70% de la rémunération brute", et le report du remboursement des cotisations sociales et des prêts garantis par l’Etat à "2024 et que la période soit étalée sur 48 mois" afin de "nous laisser le temps de reconstituer notre trésorerie pour que nous soyons en capacité de procéder à ces remboursements".

Enfin, Pascal de Izaguirre a réclamé "une exonération de certaines taxes comme la taxe de solidarité ou la taxe de l’aviation civile au moins durant l’hiver 2021-2022". "On vit sous le poids des taxes. L’inventivité française est absolument exceptionnelle. Le secteur aérien croule sous le fardeau des taxes et des diverses redevances", s’est agacé le PDG de Corsair.
Paul Louis