BFM Business

Le TGV Atlantique a conquis ceux qui ne prenaient pas le train

Un an après le lancement, les lignes Tours Bordeaux et Le Mans Rennes ont transporté 40 millions de personnes transportées, soit 8 millions de plus, dont la moitié sont de nouveaux clients SNCF.

Le TGV Atlantique a transporté 40 millions de personnes en un an depuis l'ouverture des lignes à grande vitesse Tours-Bordeaux et Le Mans-Rennes le 2 juillet 2017, soit une progression du trafic de 20% (hors effet de la grève des cheminots), a indiqué la SNCF dimanche.

"Ce n'est pas tous les jours qu'on fait 20% de trafic en plus, on est très contents! Cela fait 8 millions de personnes en plus, dont la moitié sont de nouveaux clients qui ne prenaient pas le train", s'est félicitée Rachel Picard, directrice générale de Voyages SNCF.

Des objectifs ambitieux atteints

Dans le prolongement de la ligne à grande vitesse (LGV) existante, les tronçons Sud Europe Atlantique (SEA, entre Tours et Bordeaux) et Bretagne-Pays de la Loire (BPL, entre Le Mans et Rennes) ont notamment mis Bordeaux à 2 heures 04 de Paris au lieu de 3 heures 14 et Rennes à 1 heure 25 de la capitale au lieu de 2 heures 05.

Depuis l'Ile-de-France, le TGV a transporté en un an 5,5 millions de personnes vers Bordeaux et 4 millions vers Rennes. La progression du trafic, sur neuf mois (sans compter le deuxième trimestre 2018, affecté par les grèves), atteint respectivement 70% et 27%. "On est dans les objectifs qu'on s'était donnés, qui étaient très ambitieux", a indiqué Rachel Picard.

"Il y a une dynamique très forte pour l'ensemble de l'Atlantique". Et la tendance devrait reprendre, après le coup d'arrêt dû au mouvement des cheminots su printemps: "La montée en puissance des lignes à grande vitesse, elle se compte sur trois ou quatre ans", a-t-elle expliqué.

Les jeunes massivement présents

La responsable relève quelques "bonnes surprises", à commencer par une croissance de 60% entre l'Ile-de-France et Toulouse (désormais accessible en 4 heures 22 depuis Paris), avec un million de voyageurs transportés sur un an. "Les jeunes sont venus massivement, avec quasiment +50% sur tout l'Atlantique", a-t-elle également relevé.

Autre motif de satisfaction, le nombre de voyageurs professionnels a "quasiment doublé" entre Paris et Bordeaux, relation sur laquelle la nouvelle offre inOui -plus haut-de-gamme- a dopé la satisfaction des clients, selon Rachel Picard.

La SNCF compte généraliser inOui sur le Paris-Bordeaux et étendre ce service à l'automne sur d'autres destinations comme Lyon, Strasbourg et Lille, a-t-elle annoncé. "La satisfaction inOui est nettement supérieure à la satisfaction des clients sur les TGV classiques", a souligné à ce propos la patronne de SNCF Voyages.

N.G. avec AFP