BFM Business

   Le rêve bleu de Bugatti aura mis 80 ans à décoller

-

- - Mark Myers

Célèbre pour ses voitures, ses bateaux et même ses trains, Ettore Bugatti avait aussi des ambitions dans l'aviation. En 1937, l'industriel, alsacien d'adoption, conçoit le plus bel avion du monde. Mais son "rêve bleu" finit dans un hangar. Après 6 ans de travail, un Américain l'a fait voler pour la première fois cette semaine.

80 ans après sa conception à Molsheim, en Alsace, le Rêve bleu d’Ettore Bugatti a pris, pour la première fois, les airs le 19 août 2015 aux États-Unis. L’histoire du Bugatti 100P est l’une des plus belles aventures de l’aviation française. Son histoire est aussi belle que méconnue.

Elle démarre dans les années 30. Ettore Bugatti veut réaliser un avion aussi beau et aussi véloce que les voitures ou les bateaux qu’il a signés. Il se charge évidemment du moteur et demande au designer belge Louis de Monge de dessiner son "rêve bleu".

La Seconde Guerre Mondiale bouleverse le projet. La famille Bugatti cache les plans et les pièces de l’avion dans un hangar au Nord de Paris pour qu’ils ne tombent pas dans les mains des nazis qui saisissent l'usine alsacienne.

A la fin de la guerre, le projet est enterré. Ettore Bugatti et effondré par le décès en 1939 de son fils Jean et meurt en 1947 à 66 ans. Louis de Monge, quant à lui, quitte la France pour les États-Unis. Les documents et les différents éléments de l’avion sont oubliés en banlieue parisienne.

C’est un belge amoureux de l'Alsace, Dominique Mathern, qui découvre de vieilles images du 100P sur Internet il y a dix ans. Il décide de s’en servir pour construire un modèle réduit radiocommandé en redessinant les plans à partir de photos trouvées sur Internet.

Le modèle réduit réalisé par Dominique Mathern.
Le modèle réduit réalisé par Dominique Mathern. © bulconcept

Le projet reprend vie en Oklahoma

En 2009, deux américains, Scotty Wilson et Gregg Carlson, se lancent dans la construction d’une réplique a taille réelle (7,5 m de long pour 8,20 d’envergure). Ils investissent 1 million de dollars, trouvent des sponsors aussi passionnés et lancent une opération de crowdfunding grâce à laquelle ils recueillent 62.000 dollars.

Les plans originaux sont suivis à la lettre à l’exception de deux éléments. Le tableau de bord a été modernisé et les moteurs, difficilement reproductibles, sont remplacés par des Suzuki moins puissants (200 CV pour une vitesse de 320 km/h). A l’origine, l’appareil devait être doté de deux moteurs Bugatti huit cylindres (4,9 litre et 450 CV) pour atteindre une vitesse de 800 km/h !

Après des années de travaux dans un hangar américain, l’avion a pris les airs ce 19 août. Aux commandes, Scotty Wilson qui tient le rôle de pilote d’essai. Sur son blog, ce passionné publie une vidéos de ce premier vol et raconte cette expérience.

"Nous voulions nous limiter à un vol court pour vérifier la puissance requise et vérifier la réactivité de l’appareil. Tout s’est bien passé, je suis monté à 3.000 pieds et atteint une vitesse de 110 nœuds. Mais à l’atterrissage l'avion flottait plus que prévu. [...] J’ai perdu le frein droit et l'avion par le côté gauche de la piste à une vitesse lente. En raison de fortes pluies de la veille, le sol était mou et l'avion s'est incliné sur le nez, endommageant le spinner et quelques accessoires." Après sa renaissance américaine, l’avion devrait être présenté en France à Molsheim dans la ville d'adoption d’Ettore Bugatti d'ici la fin de l'année.

Pascal Samama