BFM Business

Le patron de la SNCF ne compte pas démissionner

Invité de BFMTV, Guillaume Pepy a indiqué qu'il ne comptait pas quitter ses fonctions en cas de vote massif des cheminots contre la réforme ferroviaire.

Alors que la consultation interne des cheminots suit son cours, le président de la SNCF ne compte pas lui accorder une quelconque légitimité. Et ne démissionnera donc pas en cas de vote massif contre la réforme ferroviaire.

"Mon mandat ne m’appartient pas, il n’appartient pas davantage à une pétition des cheminots", a ainsi déclaré Guillaume Pepy sur BFMTV. "Si jamais la ‘pétition’ a beaucoup de signatures, ça veut dire qu’il faudra se mettre autour de la table et discuter", a-t-il simplement répondu.

28 plaintes déposées par la SNCF

Le dirigeant est également revenu sur les actes de malveillances survenus lundi, en marge de la forte mobilisation des salariés de la SNCF. Et a indiqué que 28 plaintes avaient été déposées par la compagnie à ce jour. "On ne les retirera pas", a-t-il assuré, rappelant que "la grève est un droit, l’exaction est un délit".

Enfin, Guillaume Pepy a réaffirmé qu’une privatisation de la SNCF n’était pas à l’ordre du jour, malgré une note interne évoquant un tel scénario. "Cette note est mal fichue", a-t-il reconnu, mais "il n’a jamais été question d’autre chose, une SNCF 100% publique".

Y.D.