BFM Business

Le marché automobile français au plus haut depuis 2011

La hausse des livraisons de voitures particulières neuves dans l'Hexagone s'est établie l'an dernier à 5,1%, ce qui représente 2,015 millions d'unités.

La hausse des livraisons de voitures particulières neuves dans l'Hexagone s'est établie l'an dernier à 5,1%, ce qui représente 2,015 millions d'unités. - Éric Piermont-AFP

Le marché automobile français a dépassé en 2016 le seuil symbolique des deux millions d'immatriculations de véhicules neufs, une première depuis 2011. Renault a bondi de 7,3% et PSA a connu une hausse de 1,4%.

Le marché automobile français a retrouvé sa bonne santé en 2016. Après un excellent premier semestre, la hausse des livraisons de voitures particulières neuves s'est établie l'an dernier à 5,1%, ce qui représente 2,015 millions d'unités, indique le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). Ce niveau de 2 millions d'immatriculations de véhicules neufs est considéré comme le seuil "normal" dans un marché français en bonne santé.

Le marché automobile n'avait plus atteint cette barre des deux millions depuis 2011. Il était à l'époque soutenu par une prime à la casse, instaurée en 2009 pour lutter contre les effets de la crise de 2008, gonflant artificiellement la demande.

Le groupe Renault a pleinement profité de cette hausse du marché hexagonal. Il a vu ses immatriculations de voitures particulières bondir de 8% à 518.469 unités, grâce à sa marque "low-cost" Dacia dont les livraisons ont augmenté de 13,4% l'an dernier. Avec les utilitaires, la hausse atteint 7.3%.

Les ventes de son rival français, le groupe PSA, sont restées stable sl'an dernier pour les livraison de ses voitures particulières (0%) à 558.976 unités immatricules. En ajoutant les utilitaires, PSA progresse de 1,4%. Le groupe connaît actuellement un creux commercial à cause du renouvellement de produits vedettes (Peugeot 3008 et 5008, Citroën C3) et d'une gamme DS en fin de carrière. Il reste toutefois le premier groupe français en France, avec 27,7% des immatriculations l'an dernier, suivi par Renault à 25,73% de part de marché pour les voitures particulières.

F.Bergé avec AFP