BFM Business

La Poste allemande veut que ses facteurs puissent piloter des drones

-

- - -

Le patron de la Deutsche Post souhaite que ses drones de livraison de colis puissent, à terme, être pilotés par des postiers. Ces "pilotes" devront passer un permis spécial.

Les facteurs allemands vont-ils bientôt se muer en pilote de drones pour livrer les paquets des clients. C'est un scénario qu'envisage très sérieusement le PDG de Deutsche Post (l'équivalent de la Poste française), Frank Appel. Interrogé par le quotidien allemand Bild, il explique que "si les facteurs sont amenés à gérer les vols des drones, ils devront bien sûr disposer d'une licence de pilotage pour le faire".

Cette affirmation suggère que les postiers allemands ne seront pas les victimes impuissantes de l'arrivée des drones de livraison de colis. Au contraire, ils devraient être les acteurs de ce changement, selon la Deutsche Post. Moyennant quelques indispensables heures de formation, certains d'entre eux pourraient ainsi se (re)convertir en pilote de drones. 

Pour l'instant, la livraison par drones "est testée seulement pour certaines applications, par exemple pour les médicaments qui doivent être livrés à des endroits difficilement accessibles" explique le patron de la Deutsche Post. C'est sa filiale spécialisée dans la livraison rapide, DHL, qui conduit ces tests. Celle-ci a mis en place une liaison quotidienne -quand le temps le permet- pour acheminer des médicaments sur l'île de Juist dans l'archipel de la Frise-Orientale, situé dans la mer du Nord.

La Poste allemande conduit aussi un test dans une région montagneuse de la Bavière. Un drone dépose des colis dans une station automatique de réception isolée, que leurs destinataires vient ensuite récupérer.

"Les drones ne doivent pas mettre en danger le trafic aérien. Nous avons donc besoin de règles juridiques claires pour veiller à ce qu'aucun accident ne se produise. Il devra y avoir un permis de conduire pour les drones, comme il y en a pour les voitures" conclut le patron de la Deutsche Post.

Ces tests menés outre-Rhin font écho à ceux que mènent, encore à l'état d'expérimentation pour l'instant, la Poste française, via sa filiale Geopost, dans le département du Var. Elle y teste un drone sur une ligne expérimentale de plusieurs kilomètres. Mais le groupe français n’envisage son utilisation que dans un contexte très limité, afin de desservir des zones isolées ou d’intervenir dans des situations d’urgence.

Ces initiatives émanent des acteurs postaux traditionnels qui sont contraints d'anticiper pour ne pas se laisser distancer par les géants du web comme Amazon qui mène de son côté des expérimentations avec des drones de livraison. L'essor du e-commerce est l'autre raison qui pousse les groupes postaux historiques à se moderniser et à envisager toutes les options pour livrer plus rapidement leurs clients.

Frédéric Bergé