BFM Business

"La crise a eu une influence" sur le nom des voitures

La Dokker aurait ainsi un nom suffisamment court pour établir une relation avec son conducteur

La Dokker aurait ainsi un nom suffisamment court pour établir une relation avec son conducteur - -

Sophie Gay est la directrice de Nomen France, société spécialisée dans la création de nom de marque ou de véhicule. Interviewée sur BFM Business, elle explique que sous l’influence de la crise, les marques cherchent à renforcer leur lien avec le conducteur via des noms courts et rapidement identifiables.

Le Mondial de l’Automobile ouvre ses portes aux Clio, Yaris ou encore Touran... des modèles qui ont un point commun: c’est la société Nomen qui leur a trouvé leur nom.

La directrice de cette entreprise, Sophie Gay, était l’invitée du 12h30 de BFM Business, ce jeudi 27 septembre. Elle assure que "la crise a eu, bien sûr, une influence" sur le nom des modèles. Plus précisément, les constructeurs tentent désormais de renforcer le lien de leur marque avec le client. Le nom doit ainsi être l’évocation du constructeur en "quatre, cinq, voire six lettres".

Elle donne un exemple précis: "La Dokker de Dacia est un nom extrêmement court. Le "D" permet d’identifier le constructeur. Le "OK" au centre du mot marque la connivence avec le conducteur". Le mot ressemble également à "docker". Ce qui fait dire à Sophie Gay qu'"elle symbolise la relation au travail" avec le conducteur.

Le nom doit "parler au monde"

La directrice de Nomen explique également que le choix du nom d’une voiture a pour objectif de "parler au monde", car une voiture doit pouvoir s’exporter à l’international, ce qui implique "une créativité contrainte".

Ce processus de choix du nom du véhicule ne doit pas être pris à la légère pour Sophie Gay. "Pour le consommateur, c’est la première accroche pour lui. C’est aussi ce qui va le valoriser et qui va établir une relation d’émotion avec la voiture".

BFM Business