BFM Business

L'essor du marché des chauffeurs privés

Chauffeur-privé.com a vu le nombre de ses véhicules passé de 15 à 200 en un an et envisage de doubler son effectif actuel

Chauffeur-privé.com a vu le nombre de ses véhicules passé de 15 à 200 en un an et envisage de doubler son effectif actuel - -

Le service des chauffeurs privés tend à se développer dans la capitale. Avec un prix à peine supérieur aux taxis, les adeptes se font de plus en plus nombreux

La recherche d'un taxi peut parfois s'avérer être un calvaire. Des sociétés ont flairé le bon coup et proposent un service de chauffeur privé. La réservation est simple et se fait en quelques secondes à travers une application smartphone. Dix minutes plus tard, le véhicule est là. Le prix est à peine plus élevé que pour les taxis traditionnels (+15 ou 20%) mais le service se veut haut de gamme. Pour Hubert, utilisateur régulier, le choix est vite fait, "à un prix sensiblement égal au taxi, la qualité est bien supérieure avec une bouteille d'eau, la musique et le chauffeur de standing".

Les taxis voient une concurrence déloyale

Depuis près de trois ans, plusieurs entreprises profitent pleinement du marché des "Véhicules de tourisme avec chauffeur" (VTC). Le changement de réglementation de la "loi sur la modernisation des services touristiques" a permis de mettre en place ce nouveau statut. Yan Hascoet, fondateur de chauffeur-privé.com, a vu le nombre de ses véhicules passer de 15 à 200 et envisage de doubler son effectif actuel. "On a des dizaines de milliers de clients, on réalise des dizaines de milliers de courses par mois, ça fonctionne très bien on a une vraie demande", avance-t-il.

Les taxis voient d'un très mauvais œil la prolifération de ces VTC et estiment qu'il s'agit d'une concurrence déloyale. Les entreprises de chauffeurs privés se défendent en affirmant qu'ils ne chassent pas les clients dans la rue et qu'ils profitent d'un service laissé vacant entre le taxi traditionnel et la limousine.