BFM Business

L’alliance inattendue entre Uber et les transports en commun niçois

Cette expérimentation vise à offrir un service nocturne de transport à la demande opéré en complément des transports en commun

Cette expérimentation vise à offrir un service nocturne de transport à la demande opéré en complément des transports en commun - Valery Hache - AFP

La Régie Ligne d’Azur exploitant le réseau des transports urbains pour la Métropole Nice Côte d’Azur, s’associe à Uber pour proposer un service nocturne à ses abonnés annuels.

Après avoir bousculé les taxis dans 14 stations balnéaires de France, Uber dévoile une alliance que personne n’attendait. Cela se passe à Nice où le service de tram de la ligne 1 s’arrête à 2h30 du matin, mais les bus s’arrêtent à 20 heures. Pour les passagers, qui habitent loin de la station de tram, il faut marcher longtemps pour rentrer ou prendre une voiture. Bref, ils doivent se débrouiller.

-
- © Uber

L’idée est donc de remplacer le service de bus pour permettre aux 50.000 abonnés d’aller et venir dès 20 heures et jusqu’à 2 h 30, fin du service de tram, pour un tarif fixe de 6 euros la course. Six stations sont donc desservies par les chauffeurs d’Uber pour une expérimentation qui durera pendant un an sur des zones déterminées.

Pas de perte d'argent pour les chauffeurs

Pour bénéficier de ce tarif, il y a des conditions: être majeur et être abonné à Régie Ligne d’Azur. Sur l’appli Uber, les usagers inscrits au programme verront apparaître trois options : Uber X, Uber Berline et depuis de mercredi Ligne d’Azur.

Pour les chauffeurs, rien ne changera. Si pour le client le prix est fixe, la différence lui sera versée par Uber et la Régie Ligne d’Azur qui financent le service à hauteur de 30.000 euros chacun. Un moyen moins onéreux que de déployer des bus aux heures creuses tout en créant un service de transport pour les premiers et derniers kilomètres.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco