BFM Business

Insécurité routière: Cazeneuve dévoile son "plan de lutte"

Le nombre de morts sur les routes a augmenté de 3,7% en 2014, première année de hausse depuis 12 ans, a annoncé ce lundi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

Le nombre de morts sur les routes a augmenté de 3,7% en 2014, première année de hausse depuis 12 ans, a annoncé ce lundi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. - Philippe Huguen - AFP

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a dressé un bilan noir de l'an passé sur les routes. Face à l'augmentation du nombre de morts au volant, plusieurs mesures ont été annoncées ce lundi: le taux d'alcoolémie légal est par exemple abaissé de 0,5 à 0,2 g/l pour les conducteurs novices.

Le chiffre est officiel et il est alarmant. En 2014, après des années de baisse, le nombre de personnes tuées sur les routes a connu une augmentation de +3,7%, avec un total de 3.388 morts. C'est la première année de hausse depuis douze ans, a annoncé ce lundi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

Face à cette statistique inquiétante, c'est un total de 26 mesures qui ont été annoncées par le ministre de l'Intérieur. Un véritable "plan de lutte", dans lequel est prévu une baisse du taux d'alcoolémie légal à titre expérimental de 0,5 à 0,2 g/l pour les conducteurs novices ainsi que la mise en place de la conduite accompagnée à partir de 15 ans, au lieu de 16 actuellement.

Exit également l'usage d'oreillettes, de casques et d'écouteurs au volant: tous ces appareils vont être interdits en roulant. Voici ce qu'il faut retenir de ces annonces.

Le chiffre: 120 morts de plus qu'en 2013

Il y a eu 3.388 personnes tuées sur les routes en 2014, soit 120 de plus qu'en 2013, qui avait marqué un record à la baisse depuis 1948, année des premières statistiques.

Ces chiffres ne sont "pas à la hauteur des objectifs que nous nous étions fixés", a déclaré le ministre, qui "maintient" l'objectif fixé l'an dernier de faire baisser à 2.000 le nombre de morts sur les routes en 2020.

"2014 n'est pas aussi sombre qu'on pourrait le croire dans la mesure où c'est la deuxième moins mauvaise année" depuis que des statistiques sont établies, a souligné Bernard Cazeneuve.

Taux légal d'alcoolémie baissé, conduite accompagnée autorisée dès 15 ans

Sur les 26 mesures présentées ce lundi, plusieurs visent directement les conducteurs novices et les jeunes. A ce titre, les modalités de formation vont légèrement évoluer. Il sera dorénavant possible de faire la conduite accompagnée à partir de 15 ans, contre 16 actuellement. Pour ceux qui choisiront cette possibilité, il sera alors possible de passer les épreuves du permis de conduire à partir de 17 ans et demi. "Des jeunes conducteurs mieux formés, c'est une accidentalité réduite", justifie le ministère de l'Intérieur. 

  • Mais la mesure la plus importante annoncée ce lundi concerne l'alcool au volant chez les jeunes conducteurs: le taux d'alcoolémie légal est abaissé à titre expérimental de 0,5 à 0,2 g/l pour les conducteurs novices. 

Oreillettes, casques et écouteurs désormais interdits au volant

Après l'alcool, le gouvernement s'est également attaqué à l'usage du téléphone portable au volant. A ce titre, décision a été prise d'interdire les oreillettes, les casques ainsi que les écouteurs en pleine conduite. En revanche, le ministre de l'Intérieur a laissé une alternative pour ceux qui souhaitent obligatoirement communiquer à bord de leur voiture: les dispositifs sans-fil (Bluetooth) à commande vocale resteront, eux, autorisés.

Protéger les plus vulnérables, et améliorer la visibilité des piétons

Pour "améliorer la visibilité entre piétons et conducteurs" et faire baisser les accidents mortels en ville, le plan porte aussi l'interdiction de se garer à moins de 5 mètres "avant les passages piétons". Il est aussi prévu de renforcer les sanctions pour les conducteurs qui, stationnant sur les passages piétons, trottoirs ou pistes cyclables, mettent en danger les piétons en les obligeant à les contourner. 

  • Sur les 120 victimes de plus qu'en 2013, il a été en effet précisé que les piétons et les cyclistes sont les plus touchés.

Toujours dans cette même veine, une uniformisation de la taille des plaques d'immatriculation des deux-roues motorisés a été décidée pour faciliter les éventuels contrôles sur la route.

Des améliorations des infrastructures et la sécurité

Dans sa mesure numéro 24, le ministre de l'Intérieur prévoit également d'améliorer la sécurité des véhicules mais également des infrastructures. Parmi les pistes évoquées, il sera notamment question de "réduire les risques de contresens sur autoroute par l'installation de panneaux 'sens interdit' sur fond rétro-réfléchissant sur les bretelles de sortie".

Plus d'autonomie pour les maires

Les maires auront désormais les mains libres s'ils ont besoin de baisser la limitation de vitesse générale de grandes parties de leurs communes, voire sur la totalité de leur agglomération. Ce qui est beaucoup plus compliqué aujourd'hui.

Jé. M. avec AFP