BFM Eco

Ile-de-France: Pécresse promet une offre de transports en commun "à 100% d'ici au 2 juin"

Valérie Pécresse

Valérie Pécresse - THOMAS SAMSON / POOL / AFP

Sur RTL, Valérie Pécresse a assuré que l'offre de transports en commun reviendrait à la normale d'ici début juin. En attendant, "des ajustements seront faits" au jour le jour sur les lignes où cela est nécessaire.

Avec le début du déconfinement, de nombreux Franciliens ont recommencé à emprunter les transports en commun de la région. Si les voyages se sont déroulés "globalement dans de bonnes conditions", a estimé ce mardi sur RTL Valérie Pécresse, "quelques problèmes ponctuels" sont survenus sur les réseaux gérés par la SNCF et la RATP, à l'image d'une sur-fréquentation de la ligne 13 du métro en début de service lundi matin.

Pour limiter ce type d'événements et aider à la distanciation sociale dans les transports en commun, la présidente de la région Ile-de-France et d'Ile-de-France Mobilités a ainsi annoncé sur RTL un rétablissement de l'offre "à 100% d'ici au 2 juin" sur les réseaux franciliens.

"Le facteur limitant, c'est le facteur humain. Les agents des transports ont des gardes d'enfant à effectuer et des risques de santé. C'est pour ça qu'on n'est pas à 100% aujourd'hui et qu’on ne sera pas à 100% demain, mais on va progressivement, d'ici au 2 juin, remonter à 100%, a déclaré Valérie Pécresse.

Face aux problèmes temporaires, "d'ici là, on va essayer de mettre les efforts sur les deux ou trois lignes les plus chargées", a-t-elle précisé. Et ce grâce à "une cellule d'ajustement", qui évaluera quotidiennement les lignes ayant besoin d'être renforcées.

Vers des fermetures de lignes et de stations?

Valérie Pécresse a cependant expliqué que même lorsque l'offre remontera à 100%, "il y aura toujours énormément de restrictions parce que là où, dans un métro, on peut transporter 700 personnes, avec la distanciation sociale, nous ne pouvons en transporter que 180."

La présidente d'Ile-de-France Mobilités n'a par ailleurs pas exclu la possibilité de fermer certaines lignes ou stations de transports en commun, si la la sur-fréquentation venait à poser un problème sanitaire.

"Nous n'excluons aucun scénario. Si on n'arrive pas à faire respecter les distanciations, on est toujours sous le couperet de fermetures de lignes ou de gares parce qu'elles sont trop chargées", a-t-elle prévenu. "C'est ce que je veux éviter."

La présidente de l'Ile-de-France a ainsi de nouveau martelé son appel à télé-travailler au maximum pour les personnes qui en auraient les moyens, de manière à réserver les transports en commun aux heures de pointe aux personnes n'ayant pas d'autre choix que de se rendre sur leur lieu de travail.

Dans le même sens, Valérie Pécresse a ajouté avoir demandé demandé le renforcement des RER B et des RER D ainsi que le début des filtrages à l'entrée des gares par la police dès 6 heures du matin, "parce que les premiers trains sont particulièrement chargés".

Juliette Mitoyen