BFM Business

Guillaume Faury, numéro 2 d'Airbus, prend ses fonctions

Guillaume Faury dirigeait Airbus Helicopters depuis le 1er janvier 2014.

Guillaume Faury dirigeait Airbus Helicopters depuis le 1er janvier 2014. - Airbus


Le remplaçant de Fabrice Brégier a officiellement pris ses fonctions ce lundi 19 février au poste de président de la branche aviation civile de l'avionneur franco-allemand.

Guillaume Faury a pris ses fonctions ce lundi 19 février 2018. Airbus avait annoncé mi-décembre 2017 qu'il remaniait sa direction afin d'éviter une crise de gouvernance, alors que le groupe est confronté à des enquêtes judiciaires.

Ce remaniement, décidé par le conseil d'administration, prévoyait le départ de son numéro deux, Fabrice Brégier, et son remplacement par le patron d'Airbus Helicopters, Guillaume Faury. Il prévoit également que le président exécutif d'Airbus, Tom Enders, ne renouvellera pas son mandat en 2019.

Fabrice Brégier assistera à la livraison du 1er A350-1000

Fabrice Brégier occupait la fonction de directeur général délégué et président de la branche aviation civile mais Guillaume Faury ne le remplace que dans ses fonctions à la tête de la branche aviation civile. Aucun nouveau directeur général délégué du groupe n'a été nommé.

Fabrice Brégier assistera néanmoins à la cérémonie de livraison, mardi 20 février, du premier A350-1000, le dernier né de la gamme des gros porteurs du constructeur dont il a accompagné le développement, à la compagnie Qatar Airways en présence du directeur général de la compagnie, Akbar Al Baker, a indiqué le groupe d'aéronautique.

Airbus sous le coup d'enquêtes en France et outre-Manche

Guillaume Faury, qui était à la tête de la branche hélicoptères d'Airbus depuis le 1er janvier 2014, a été remplacé à ce poste par un dirigeant de Safran, Bruno Even.

Airbus est sous le coup d'investigations du Parquet national financier (PNF) en France et du Serious fraud office (SFO) en Grande-Bretagne pour des irrégularités sur des transactions, faits qu'il avait lui-même dénoncés en 2016.

Le constructeur aéronautique est aussi la cible d'une enquête en Autriche liée à la vente d'Eurofighter à ce pays, où Tom Enders figure parmi les personnes visées. En Allemagne, une enquête liée à cette même vente, vient d'être clôturée. Elle s'est soldée par une amende de 81,25 millions. Selon le parquet, "aucune preuve de paiement de pots de vin" n'a été apportée.

F.B avec AFP