BFM Business

Grève des contrôleurs aériens: un million d'euros de perdu par jour, selon la FNAM

Les aéroports français doivent faire face à une grève des contrôleurs aériens.

Les aéroports français doivent faire face à une grève des contrôleurs aériens. - -

La grève des contrôleurs aériens paralyse les aéroports français depuis ce mardi 11 juin, et devrait durer au moins trois jours. Le président de la fédération nationale de l'aviation marchande dénonce des conséquences économiques "catastrophiques" en raison des 300 vols annulés par jour.

Mauvaise nouvelle pour les vacanciers qui voulaient échapper au rush de juillet, en partant dès ce mois de juin. Une grève des contrôleurs aériens entraîne de nombreuses perturbations sur les vols au départ de l’Hexagone, ce mardi 11 juin, et devrait durer jusqu’à jeudi.

Le syndicat autonome des contrôleurs du trafic aérien, l’un des plus importants pour le secteur des aiguilleurs du ciel, a déposé un préavis de grève pour 3 jours. Il entend protester contre "les conséquences directes sur la politique nationale des contraintes européennes" dans l’aviation.

Concrètement, les syndicats des contrôleurs aériens remettent en cause le projet de Bruxelles de création d’un "ciel unique" européen, qui aurait un impact négatif sur la sécurité et leurs conditions de travail.

Un million d'euros de pertes par jour

Mais les voyageurs ne sont pas les seuls touchés par la grève. L’arrêt du travail a des conséquences bien plus difficiles pour les professionnels qui gravitent autour de l'aviation, comme l'explique Lionel Guérin, président de la fédération nationale de l'aviation marchande et PDG de la filiale Hop! d'Air France, au micro de BFM Business.

Selon lui, le coût est dur pour un secteur qui tente de se relever après la crise: "Nous faisons des efforts considérables et nos collaborateurs font des efforts importants, nos organisations syndicales pour baisser les coûts, pour retrouver nos clients. Nous avons plus de clients qu’avant et en plein boom du mois de juin, nous avons un coup d’arrêt de trois jours".

Cette grève a des conséquences économiques "considérables". Lionel Guérin explique que, par jour, "nous annulons plus de 300 vols et cela touche plus de 10.000 clients que nous devons contacter pour les prévenir, pour leur dire de reporter leur voyage". Il estime que globalement "c’est plus d’un million d’euros par jour de perdu, c’est considérable et catastrophique".

A LIRE AUSSI:

>> Prix des billets: les transporteurs européens trichent-ils?

>> Airbus et Boeing profitent des compagnies low cost

BFM Business