BFM Business

Grand Paris Express: une association d'usagers défend l'abandon des lignes 17 et 18

Une association d'usagers préconise l'abandon des lignes 17 et 18 du Grand Paris Express.

Une association d'usagers préconise l'abandon des lignes 17 et 18 du Grand Paris Express. - Société du Grand Paris

Alors que des élus se mobilisent pour sauver plusieurs lignes du Grand Paris Express, l'Association des usagers des Transports d'Ile-de-France préconise d'abandonner les lignes 17 et 18 au profit de projets plus légers et moins coûteux.

Le Grand Paris Express (GPE) a-t-il du plomb dans l'aile? Ce grand projet qui prévoit la construction de 200 km de lignes de métro et 68 gares à l'horizon 2030 pourrait bien être amputé. Alors que le gouvernement doit se prononcer prochainement sur le calendrier du chantier, des élus s'inquiètent de voir des lignes menacées ou retardées par des dépassements de budget.

L'Association des usagers des Transports FNAUT d'Ile-de-France prend le contre-pied de ces élus, estimant que compte tenu du coût "sous-évalué" du grand chantier, tous les tronçons du GPE "n'ont pas la même pertinence".

L'urgence: les lignes 15 et 14

La FNAUT estime que les investissements à venir ne doivent pas se faire au détriment de l'entretien du réseau actuel.

"La modernisation du réseau existant risque d'être ralentie faute de crédits. Ainsi il a déjà été demandé à la RATP de retarder des investissements indispensables pour les RER A et B. Les Jeux olympiques d'août 2024 auront besoin de transports robustes. C'est le réseau existant qui doit répondre à l'essentiel de cet impératif", poursuit l'association dans un communiqué. 

Dans ce contexte, les usagers des transports recommandent l'abandon des lignes 17 et 18, jugées moins utiles. Pour eux, l'urgence se situe plutôt dans la réalisation de la ligne 15 et du prolongement de la ligne 14 pour permettre de désaturer le réseau existant. La réalisation de la ligne 16 qui traverse la Seine-Saint-Denis doit ensuite être la deuxième priorité selon l'association.

Une "opération vérité sur les transports" réclamée

En contrepartie de l'abandon des lignes 17 et 18, l'idée serait de favoriser "des projets plus légers" et "mieux adaptés aux besoins réels dans des zones peu denses" comme des tramways. L'Association des usagers des transports d'Ile-de-France réclame plus globalement une "opération vérité sur les transports franciliens". Si les projets jugés "les moins pertinents" ne sont pas abandonnés, l'association demande "des engagements sur leur financement".

Ces dernières semaines, des élus de Seine-Saint-Denis, du Val d'Oise, de Seine-et-Marne et des Yvelines se sont inquiétés de l'avenir des lignes 16, 17 et 18 qui traversent leur territoire. Si le projet global n'est pas remis en cause, ils craignent qu'un report du calendrier du chantier sur ces axes ne signe tout simplement la mort de ces lignes.

Carole Blanchard