BFM Business

Gazole : après la baisse, la hausse pour janvier ?

Les prix bas du gazole ne devraient pas durer.

Les prix bas du gazole ne devraient pas durer. - -

Alors que le prix du carburant favori des Français a atteint un niveau historiquement bas, les consommateurs doivent se préparer à un retour à la hausse dès le mois de janvier.

Il faut en profiter car cela ne va pas durer : le prix du gazole a atteint son niveau le plus bas depuis le mois de juillet. Le litre se vend en moyenne 1,34 euros, selon le dernier relevé hebdomadaire effectué par le ministère de l’Ecologie et de l’Energie. La flambée des prix de cet été, qui avait conduit le gouvernement à mettre en place un dispositif temporaire pour l’endiguer, semble bien loin.

Pourtant, cette embellie ne devrait être que temporaire. Le cours du baril de Brent a déjà entamé une légère remontée : selon les chiffres de l'Union des industries pétrolières (Ufip), le baril s’échangeait, jeudi 20 décembre, à 83,48 euros, soit 14 centimes de plus que la semaine précédente. Jean-Louis Schilansky, président de l’union française des industries pétrolières, a écarté, le 24 décembre, sur l’antenne de RTL tout risque d’effondrement des cours.

Autre facteur qui va contribuer à alourdir le coût d'un plein : la TICPE (taxe intérieure sur la consommation de produits pétroliers) n’est pas encore revenue à son niveau habituel de 3 centimes par litre. Cela sera fait le 11 janvier, avec l’entrée en vigueur du dernier volet du plan de relèvement progressif choisi par le gouvernement. Elle augmentera alors de 0,5 centime par litre.

Fin de la politique des prix bas chez les distributeurs

Certains réseaux de stations-services contribuent aussi à maintenir au plus bas le cours des carburants. Carrefour et Total ont annoncé en novembre le maintien de leur opération de prix bas au-delà de l’arrêt du dispositif gouvernemental, sans donner de date de fin. Certaine ont été plus clair sur la fin de leurs efforts. Leclerc a ainsi annoncé réduire ses marges "au moins jusqu’au retour des vacances de Noël ". Même échance pour Auchan, qui a choisi de cesser son coup de pouce à la fin de ce mois.

Une autre menace plane sur le pouvoir d’achat des automobilistes roulant au gazole. L’avantage fiscal dont bénéficie ce carburant (celui est taxé à 0,65 euro le litre contre 0,86 euro pour le sans-plomb) est une fois encore remis en cause. Le tout nouveau Comité pour la fiscalité écologique a indiqué la semaine dernière qu’il comptait faire disparaitre cette différence. Mais cela ne devrait pas entrer en vigueur avant 2014.

BMbusiness.com