BFM Business

Ford s'allie à Mahindra pour partir à l'assaut de l'Inde

Alors que l'Inde interdira bientôt les véhicules à moteur thermique, Ford s'allie avec le seul constructeur indien qui fabrique des électriques, Mahindra.

Alors que l'Inde interdira bientôt les véhicules à moteur thermique, Ford s'allie avec le seul constructeur indien qui fabrique des électriques, Mahindra. - Prakash Singh - AFP

Les deux constructeurs ont annoncé ce mardi un partenariat qui devrait permettre au géant américain de grandir sur l'un des marchés automobiles les plus prometteurs du monde.

Ford et l'indien Mahindra ont annoncé ce mardi un accord de partenariat alors que le géant américain cherche à accroître sa présence dans un des marchés automobiles qui croît le plus rapidement au monde. Les deux groupes, qui avaient mis fin à un précédent accord en 2005, vont coopérer pendant trois ans dans un certain nombre de domaines incluant les véhicules électriques et l'approvisionnement.

"Ford est engagé en Inde", a souligné Jim Farley, vice-président exécutif de Ford dans un communiqué. "Cette alliance nous permettra de travailler ensemble pour tirer parti des changements à venir dans l'industrie automobile", a-t-il ajouté.

Mahindra, seul constructeur indien à faire de l'électrique

La plupart des constructeurs automobiles étrangers ont des difficultés dans le marché indien, très sensible au prix, et Ford a moins de 3% des parts de ce marché. Le marché des voitures électriques devrait exploser alors que des gouvernements du monde entier, y compris l'Inde et la Chine, le plus important marché de la planète, annoncent qu'ils veulent en finir avec les voitures à moteur thermique dans les prochaines décades.

Mahindra est le seul constructeur indien à fabriquer des voitures électriques, et à un moindre prix que les marques mondiales comme Tesla, et un accord donnerait à Ford un accès à des technologies bon marché. Mahindra de son côté accédera à de nouveaux marchés et designs.

"Personne ne peut faire face à ces changements tout seul"

Pour Abdul Majeed, du consultant PwC, les constructeurs automobiles vont à l'avenir rechercher des partenariats stratégiques alors que le secteur cherche une réorientation vers des transports plus écologiques et une utilisation accrue de la technologie informatique. "Les alliances sont cruciales pour survivre en allant de l'avant. Personne ne peut faire face à ces changements tout seul", a déclaré Abdul Majeed. "Il y a un changement fondamental en cours et la concurrence vient de nouveaux groupes, donc vous devez vous aligner pour survivre", a-t-il ajouté.

Les japonais Toyota et Suzuki ont annoncé un projet d'échange de savoir-faire il y a quelques mois alors que les américains General Motors et Ford ont lancé des expériences avec le géant américain de l'auto-partage Uber. Cette annonce est un virage à 180° pour Ford sous la nouvelle direction de Jim Hackett alors que son prédécesseur, Mark Fields, avait placé sous examen l'activité du groupe en Inde.

N.G. avec AFP