BFM Business

Fiat accusé d'avoir truqué ses chiffres de ventes aux États-Unis

Selon certains vendeurs, FCA s'est mis d'accord pour verser des primes à certains de ses commerciaux afin d'augmenter artificielllement les chiffres mensuels de ventes aux Etats-Unis.

Selon certains vendeurs, FCA s'est mis d'accord pour verser des primes à certains de ses commerciaux afin d'augmenter artificielllement les chiffres mensuels de ventes aux Etats-Unis. - Joe Raedle-Getty images north america-AFP

Fiat Chrysler est accusé aux États-Unis d'offrir des primes à ses vendeurs pour qu'ils déclarent des fausses ventes de véhicules. Son cours chute à la bourse de Milan. Fiat estime ces accusations "infondées".

Sale journée pour Fiat Chrysler Automobiles (FCA). Son titre est chahuté à la bourse de Milan, où il avait perdu en milieu de matinée, ce jeudi 14 janvier 2016, plus de 10% après des accusations de falsification de ses ventes outre-Atlnatique..

En milieu d'après-midi, l'action du groupe italo-américain, coté en Bourse des deux côtés de l'Atlantique, perdait 4,07% à 7,54 dollars.

Deux concessionnaires de Fiat Chrysler à Chicago ont déposé mardi 12 janvier une plainte pour racket contre FCA. Ils affirment que le constructeur italo-américain avait offert aux vendeurs d'importantes sommes d'argent en contrepartie desquelles ils devaient présenter comme vendues des voitures de la marque, qui en fait ne l'étaient pas.

FCA inciterait ses concessionnaires à gonfler leurs ventes

Selon ces informations du site internet Automotive News, les plaignants, deux concessionnaires, affirment que Fiat Chrysler les payait pour gonfler ses ventes de voitures à la fin du mois. Le groupe automobile aurait mis en place un programme spécial lié à la performance baptisé "VGP" pour inciter ses concessionnaires à falsifier leurs ventes à la fin du mois contre une rémunération déguisée en aides publicitaires et marketing, selon le texte de la plainte.

L'un des plaignants dit avoir été approché et une de ses filiales aurait même falsifié ses chiffres de ventes avec l'accord de FCA US, l'ex-Chrysler. Elle aurait gonflé ses chiffres en faisant état d'une fausse vente de 16 véhicules, selon la plainte.

Les deux concessionnaires vendent les voitures des marques Jeep, RAM, Chrysler et Dodge respectivement dans l'Illinois (nord) et la Floride (sud-est).

FCA estime ces accusations "infondées"

Cette combine se déroulait généralement en fin de mois juste à temps pour que les fausses ventes soient comptabilisées dans le bilan mensuel. Elles étaient ensuite annulées au premier jour du mois suivant avant que ne soient déclenchées les polices d'assurance, affirment les plaignants.

"La société a pleine confiance dans l'intégrité de ses procédures d'activité et de ses rapports avec les vendeurs et entend se défendre avec force dans cette affaire", a affirmé FCA en réaction à ces plaintes. Le constructeur souligne que cette plainte survient alors que "FCA US est en train de discuter avec le groupe concessionnaire de la nécessité que celui-ci respecte ses obligations en vertu de certains contrats de concession".

Ces révélations interviennent alors que Fiat Chrysler Automobiles a révélé le 5 janvier 2016, avoir réalisé une excellente année 2015. Il a clos l'année 2015 sur un record historique de ventes de véhicules en décembre, grâce à une demande accrue pour les SUV de la marque emblématique Jeep.

Il affirme avoir vendu en 2015 plus de deux millions de véhicules aux États-Unis, une hausse de 7%.

Les ventes de Jeep, qui représentent un peu plus de 41% des ventes, ont progressé, selon le groupe, de 42% en décembre, du jamais vu pour le dernier mois de l'année.

A la fin 2015, Fiat Chrysler Automobiles (FCA) avait écopé aux États-Unis d'une amende de 70 millions de dollars pour des manquements liés à la sécurité, avait annoncé le département américain des Transports.

F.Bergé avec AFP