BFM Business

Comment Renault Trucks aide l’armée française à s'offrir le 4X4 américain de ses rêves

-

- - -

L'armée française souhaite s'équiper du Ford Everest. Un modèle qui n'est ni commercialisé ni homologué en Europe. Le ministère de la Défense a donc demandé à Renault Trucks de modifier radicalement ce 4X4 afin d'en faire un véhicule conforme aux exigences françaises

Le remplacement des antiques Peugeot P4 de l'armée française semble plus complexe que prévu. Bien connu de plusieurs générations de militaires, ce petit 4X4 français rustique (en réalité un Mercedes Classe G rebadgé) a été introduit au milieu des années 1980. Et il voit sa carrière se prolonger année après année, attendant désespérément la livraison des divers modèles appelés à prendre sa relève.

En 2016, Jean-Yves Le Drian, qui était alors ministre de la Défense, a pourtant annoncé que Renault Trucks Défense (une filiale de Volvo Trucks) avait remporté le marché de remplacement du mythique 4X4 des armées françaises. Dans un communiqué, l'entreprise désignée indiquait alors que les premières livraisons de ce "véhicule léger tactique tout-terrain conçu sur une base de véhicule civil renforcée, de type station-wagon" interviendraient début 2017. Or l'année va se terminer sans qu'aucun véhicule de ce type n'ait été fourni aux armées.

Et pour cause. Celles-ci avaient identifié dans le Ford Everest le véhicule idéal répondant à leurs exigences. Mais, comme l'affirme Challenges, Ford aurait finalement "refusé de le vendre directement aux militaires français". Pour se justifier, le constructeur américain avait indiqué que ce modèle 4x4 XXL était commercialisé sur plusieurs marchés sauf... en Europe. En clair, qu'il n'est pas homologué pour rouler en France.

Afin de contourner ce problème -qui retarde le remplacement des vieillissants Peugeot P4- le ministère de la Défense aurait donc, selon le magazine Challenges, demandé à Renault Trucks de s'approvisionner directement auprès de l'usine thaïlandaise produisant le 4X4 Ford. Une fois cette étape réalisée, la division Renault Trucks Défense procédera à de profondes transformations afin de rendre le véhicule conforme aux exigences françaises. Ces modifications, suffisamment importantes, permettront donc à Renault Trucks Defense et sa marque Acmat de procéder à l'homologation du véhicule au sein de l'Union européenne.

Pour rappel, les militaires français roulent déjà -partiellement- en Ford. En 2015, le ministère de la Défense a commandé 1.000 pick-up Ford Ranger. Des véhicules permettant de transporter cinq passagers plus une tonne de matériel. Cette décision, au même titre que l'achat en 2009 de Land Rover Defender, avait alors été vivement critiquée. Les Français reprochant au ministère de la Défense de ne pas s'équiper auprès des constructeurs tricolores.

Antonin Moriscot Journaliste BFMTV