BFM Business

Comment cette start-up rochelaise a réinventé l'avion monomoteur biplace

VIDÉO - Une jeune société de La Rochelle a conçu un petit avion de tourisme de A à Z avec six salariés, aidés de nombreux sous-traitants. Forte de 24 pré-commandes, Elixir Aircraft espère obtenir la certification officielle de son aéronef fin 2018 pour commencer à le livrer en 2019 à 200.000 euros pièce, tout équipé.

Réussir en trois ans à concevoir et faire voler un petit avion biplace innovant? C'est la gageure tenue par Elixir Aircraft, une jeune société rochelaise créée en 2015 dont l'unique prototype d'aéronef a effectué le 21 mars 2018 une deuxième campagne d'essais en vol. Cette start-up a conçu un avion de loisir de A à Z, "ce qui n'avait plus été fait depuis près de soixante ans. Ils ont utilisé des matériaux composites et nos logiciels sur le cloud, avec un paiement à l'usage" expliquait aux Echos Bernard Charlès, le patron de Dassault Systèmes, le plus grand éditeur français de logiciels. 

Pour réinventer l'aéronautique sur le créneau de l'aviation de loisir et de tourisme voire de formation, le patron de la start-up et cofondateur, Arthur Léopold-Léger, s'est inspiré des technologies du nautisme qu'il connaît bien à titre personnel, notamment l'usage de pièces mono-bloc en carbone.

Une aile de 8 m d'envergure en carbone d'un seul tenant

"Nous avons appliqué le procédé One Shot. Notre aile d'avion de 8 mètres d'envergure est fabriquée d'un seul tenant en carbone. Une pièce monobloc facilite la production, la sécurité de l'ensemble et la maintenance ultérieure" explique le jeune dirigeant de l'avionneur.

Forte de six salariés actuellement, la start-up repose sur la compétence de ses trois jeunes cofondateurs, ingénieurs en aéronautique. Motivés par l'état de l'aviation de tourisme et loisir, dominée par un parc vieillissant d'engins, ils ont conçu un petit avion biplace monomoteur de dernière génération. 

-
- © La start-up a eu son heure de gloire pendant le salon du Bourget en 2017. Elixir Aircraft

Avec ses moyens humains limités et pour des raisons d'efficacité, la jeune entreprise a développé son avion sur le plan informatique en recourant au cloud. Une première aussi dans l'aéronautique. Les ingénieurs utilisent au quotidien les outils de conception et de design du logiciel 3DExperience de Dassault Systèmes, hébergé sur les serveurs de l'éditeur français.

Pour les pièces critiques de l'avion comme le moteur ou le train d'atterrissage, la société a eu recours à des fournisseurs et des sous-traitants chevronnés. "Le moteur à injection fourni par la société autrichienne Rotax (filiale du canadien Bombardier, NDLR) permet d'utiliser du carburant sans plomb moins polluant que celui utilisé actuellement par ce type d'avion" souligne Arthur Léopold-Léger. Pour le reste, ce biplace d'un peu moins de 300 kilos destiné aux écoles de pilotage et au loisir, peut voler pendant 7 heures à 260 km/h, soit une distance maximale de 1800 km.

La certification européenne attendue pour la fin 2018

Après sa première sortie publique en juin 2017, lors du salon de l'aéronautique du Bourget, son unique prototype a effectué ses premiers essais en vol en août 2017 sur l'aéroport de La Rochelle (Charente-Maritime) ville dont Elixir Aircraft est originaire. À l'issue de la deuxième série de vols d'essais réalisée entre le 21 et 22 mars 2018, l'avion est retourné en atelier.

"Les données recueillies vont permettre de perfectionner et corriger certains éléments de notre prototype jusqu'à ce que nous soyons pleinement satisfaits du résultat" explique le cofondateur d'Elixir Aircraft. En attendant la certification européenne AESA, espérée pour la fin 2018, qui constituera le précieux sésame qui lancera la carrière commerciale de l'avion... Le jeune avionneur a enregistré 24 précommandes pour son aéronef léger dont le prix avoisinera 200.000 euros TTC tout équipé, avec les premières livraisons escomptées en 2019.

Frédéric Bergé