BFM Business

Chantiers à Paris: la "situation alarmante" de certaines lignes de bus, réduites à moins de 6 km/h

IDF-Mobilités, en charge des transports en Ile-de-France, interpelle la mairie de Paris sur la multiplication des chantiers de voirie qui seraient à l'origine de retards récurrents et de difficultés de circulation pour les bus. Sur certaines lignes, la vitesse est réduite à moins de 6 km/h. La Ville assure au contraire oeuvrer pour une meilleure circulation des bus.

IDF-Mobilités alerte sur les "difficultés persistantes" de plusieurs lignes de bus circulant à Paris. Dans un courrier adressé à la mairie de Paris la semaine dernière, l'organisme en charge des transports, dirigé par Valérie Pécresse, met en cause la multiplication des chantiers de voirie dans la capitale. Ces derniers seraient à l'origine de conditions de circulation "très dégradées" pour les bus de la RATP.

Selon IDF-Mobilités, la situation est "particulièrement alarmante" sur les lignes 38 et 91. Sur la ligne 38, les retards de fin de service sont en moyenne de 22 minutes par rotation. Sur l'axe Porte d'Orléans/Denfert-Rochereau, en plein chantier, la vitesse est réduite à seulement 6,45 km/h, déplore IDF-Mobilités. Même constat sur la ligne 91, avec un retard moyen de 32 minutes par rotation et une vitesse de 5,2 km entre République et Gare de Lyon.

IDFM réclame une intervention "sans délai"

Dans son courrier à Anne Hidalgo, IDFM demande à la mairie "d'intervenir sans délai", "pour assurer des conditions plus fluides" pour les bus qui traversent des secteurs en travaux.

"On ne peut pas attendre la fin des travaux à Paris pour voir à nouveau s'améliorer la situation des bus. On est arrivé dans une situation alarmante", explique sur BFM Paris Grégoire de Lasteyrie, administrateur d'IDF-Mobilités. 

Parmi les propositions de l'organisme en charge des transports: la mobilisation d'agents de la municipalité pour faciliter le Passage des bus aux carrefours ou encore "la création de voies de bus temporaires pour permettre les passages difficiles". 

La mairie réplique

La mairie de Paris juge de son côté les accusations d'IDFM injustifiées. "La restructuration (inédite) du réseau de bus et les travaux associés pour faciliter la circulation bus sont une priorité de la Ville", assure la municipalité, précisant avoir réalisé "plus d'une centaine d'aménagements en faveur des bus". En tout 15 millions d'euros sont consacrés pour le réseau de bus.

"IDFM ne peut pas en même temps déplorer ces chantiers et nous reprocher de ne pas agir pour améliorer la circulation des bus", ajoute l'Hôtel de Ville.

La mairie de Paris rappelle également ne pas être à l'origine de tous les travaux en cours sur la voirie, certains étant même menés par la RATP.

"Plutôt que de distribuer des bons et des mauvais points, IDFM en tant qu'autorité organisatrice (...) pourrait davantage prendre sa part pour améliorer la circulation des bus", tacle la municipalité.

La mairie de Paris estime aussi avoir engagé des moyens pour améliorer la circulation des bus, notamment la vidéo-verbalisation des automobilistes qui empruntent les couloirs de bus. 

Carole Blanchard