BFM Business

Cette start-up chinoise réinvente le vélo en libre-service

Les bicyclettes jaunes de l'entreprise chinoise Ofo vont être disponibles, en France, à la location avant la fin de l'année. Mais la start-up hésite encore entre Paris et Lyon pour lancer son service.

Le spécialiste chinois de la location de vélos en libre-service arrive en France. Fondée en 2014 par deux étudiants, Austin Zhang et Xue Ding, la start-up pékinoise Ofo est déjà présente dans 180 villes situées essentiellement en Chine et aux États-Unis. 

Après avoir levé 450 millions de dollars (environ 380 millions d'euros) début mars l’entreprise, désormais valorisée à hauteur de 1 milliard de dollars, a décidé d'accélérer son développement à l'international. Ce qui passe par la conquête de l'Europe. 

Déjà implanté au Royaume-Uni, à Londres, Ofo souhaite désormais conquérir la France. Avant la fin de l'année, ses bicyclettes jaunes circuleront à Paris ou à Lyon confie Austin Zhang auprès de BFM Business.

Actionnaire d'Ofo, le jeune homme est conscient que ces villes sont déjà desservies par les systèmes de location de vélos en libre-service Vélib' et Vélo'v, exploitées par JCDecaux. Mais il est convaincu que son entreprise a des parts de marché à prendre.

Un service 100% mobile 

Contrairement aux systèmes développés par JCDecaux, le service proposé par Ofo est 100% mobile. À l'inverse de son principal concurrent, la société chinoise se passe en effet des bornes de réservation et des stations installées sur la voie publique. 

Concrètement un client souhaitant emprunter un vélo siglé Ofo a juste besoin de télécharger sur son smartphone l'application de l'entreprise. Celle-ci lui permet de géolocaliser une bicyclette disponible à proximité. Le cycliste n'a plus qu'à flasher un QR-Code imprimé sur le cadre pour déverrouiller le vélo.

À la fin de sa course, l'utilisateur peut laisser sa monture n'importe où. Il lui suffit juste de verrouiller la roue arrière au moyen du cadenas intégré. Un geste qui arrête la facturation du service. 

Les cyclistes suivis à la trace 

Selon Austin Zhang, le prix du service proposé en France sera sensiblement équivalent à celui pratiqué au Royaume-Uni. À Londres, "un vélo Ofo se louent l'équivalent d'un dollar de l'heure" indique-t-il. Soit environ 0,85 euro. 

Interrogé sur les risques de vandalisme (8.000 Vélib' sont volés chaque année à Paris), Austin Zhang se montre confiant. Grâce à un capteur GPS intégré dans chaque vélo, les responsables d'Ofo savent précisément qui utilise leurs bicyclettes et où celles-ci se trouvent.

À l'image des pratiques mises en oeuvre par les spécialistes du covoiturage, chaque utilisateur est noté à la fin de sa course. En cas de dégradation, un cycliste voit sa note chuter. Si les réparations sont trop importantes, Ofo se réserve le droit de les facturer à l'utilisateur précise Austin Zhang.

Antonin Moriscot avec Anthony Morel