BFM Business

Bourse: l'automobile brille sur la place de Paris

Pour la première fois depuis 19 mois, les ventes de véhicules en Europe ont augmenté au mois d'avril.

Pour la première fois depuis 19 mois, les ventes de véhicules en Europe ont augmenté au mois d'avril. - -

Les titres PSA et Renault connaissent de belles hausses depuis vendredi 17 mai à la Bourse de Paris. Des performances assez surprenantes pour des valeurs malmenées ces derniers mois.

La Bourse de Paris a tenu les 4.000 points lundi 20 mai et a enregistré un nouveau record de deux ans. Le CAC 40 a clôturé à 4.022 points, en hausse de 0,5%. Au cours de cette journée, marquée par de très faibles volumes d'échange, l'automobile s'est distinguée, comme depuis plusieurs séances.

Le secteur a beau être en crise en Europe, PSA prévoir la fermeture de l'usine d'Aulnay et Renault des suppressions de postes par milliers, les titres des constructeurs français ont continué de briller en Bourse le lundi de Pentecôte.

Le titre Peugeot a ainsi bondi au sein du SBF120, de 5,85% après une journée de vendredi extraordinaire, où il a pris plus de 10%. Mieux encore du côté de Renault: l'action a pris 18% de hausse sur les six dernières séances.

Des ventes en hausse pour la première fois depuis 2011

Pour Henri Tasso, vendeur actions chez Portzamparc, et invité d'Intégrale Placements sur BFM Business lundi 20 mai, cela s'explique par plusieurs bonnes nouvelles dévoilées ces derniers jours dans le secteur.

Vendredi, c'était l'accord entre la direction de Peugeot et la CGT pour faire cesser la grève sur le site d'Aulnay. Le groupe met en place un plan d'ajustement pour faire face à ses surcapacités en Europe. Dans ce contexte, "toutes les annonces en lien avec ce projet sont bonnes pour le titre", estime le gestionnaire.

Autre élément positif: les statistiques des ventes automobiles sur le mois d'avril, parues vendredi 17 mai, ont agréablement surpris. Pour la première fois depuis septembre 2011, soit 19 mois consécutifs, elles étaient en croissance. Une croissance à deux chiffres sur des marchés comme la Grande-Bretagne ou l'Espagne, sans parler de la zone Asie. "Des marchés très importants pour l'Europe", note Henri Tasso.

Des valorisations qui restent faibles

Pour autant ces valorisations restent, somme toute, très basses. En tout cas bien en-dessous de la valeur de l'actif, sur un secteur "très rudoyé ces derniers temps", souligne le gérant de Portzamparc.

Il faut d'ailleurs nuancer la situation des deux constructeurs, dont les achats de titres ne répondent pas aux mêmes motivations. La marque au losange reste un choix de conviction, un modèle qui séduit en Bourse depuis plus de deux ans. Alors qu'on mise sur Peugeot de manière beaucoup plus spéculative. Il faut dire que la valorisation de la marque s'était effondrée autour de 3 à 4 euros fin 2012.

N.G. et BFM Business