BFM Business

Après la polémique Renault, Ghosn se fait augmenter chez Nissan

Carlos Ghosn dirige à la fois Nissan et son partenaire français Renault.

Carlos Ghosn dirige à la fois Nissan et son partenaire français Renault. - Odd Andersen - AFP

Le PDG du constructeur japonais a vu sa rémunération augmenter de 3,5% en 2015-2016, à environ 9 millions d’euros. Le tout après avoir créé la polémique sur ses émoluments chez Renault.

La double casquette de Carlos Ghosn s’avère lucrative pour le patron de Renault et Nissan. Le dirigeant a ainsi reçu une rémunération de plus d'un milliard de yens (9 millions d'euros au taux actuel) de la part du constructeur japonais en 2015/2016, une somme qui s'ajoute à celle perçue pour Renault et qui a suscité la controverse en France.

Ses émoluments en tant que patron du groupe nippon se sont précisément élevés pour les mois d'avril 2015 à mars 2016 à 1,07 milliard de yens, en hausse de 3,5% comparés à ceux de l'année précédente, a-t-il indiqué au cours de l'assemblée générale des actionnaires.

Parmi les PDG les mieux payés au Japon

Carlos Ghosn, qui dirige la firme depuis 1999, fait partie des PDG les mieux payés au Japon, où les salaires des dirigeants n'atteignent pas les mêmes sommets qu'aux États-Unis ou en Europe. À titre d'exemple, Akio Toyoda, qui est à la tête du numéro un mondial Toyota, a reçu en 2014/2015 352 millions de yens (2,7 millions d'euros).

L'AG de Renault, qui s'est déroulée fin avril, avait été plus mouvementée, les actionnaires (dont l'État, qui détient 20% de l'ex-régie nationale) se prononçant pour la première fois contre sa rémunération de 7,25 millions d'euros pour l'année 2015. Mais le conseil d'administration du groupe au losange était passé outre cet avis consultatif, ouvrant malgré lui la voie à une loi qui va rendre contraignant le vote des actionnaires en la matière.

Y.D. avec AFP