BFM Business

Après l'autopartage, la RATP investit dans le covoiturage domicile-travail

WayzUp a réalisé une levée de fonds de 1,4 million d’euros avec le Groupe RATP et l’accélérateur de start-up dans les nouvelles mobilités, Via ID.

WayzUp a réalisé une levée de fonds de 1,4 million d’euros avec le Groupe RATP et l’accélérateur de start-up dans les nouvelles mobilités, Via ID. - Phillipe Desmazes-AFFP

La RATP participe avec le fonds Via ID à la levée de 1,4 millions d'euros de la start-up WayzUp et son appli de covoiturage domicile-travail pour salariés. Le groupe public a aussi investi dans une société d'autopartage à Paris.

Comme la SNCF avec sa filiale IDVroom, la RATP investit dans les nouvelles mobilités urbaines, vues comme des alternatives ou des compléments au transport en commun. Via Capital Innovation, sa filiale dédiée aux investissements dans les start-up du numérique, la régie investit dans WayzUp. Le transporteur participe à la levée de 1,4 million d’euros de ce spécialiste du covoiturage domicile-travail, avec Via ID de Mobivia (Norauto, Midas). Dans la même logique, la RATP vient d'investir dans l'autopartage et la filiale parisienne de Communauto qui concurrence Autolib avec 135 véhicules en libre-service à Paris et en petite couronne.

Lancée en 2014, WayzUp a développé une application mobile conçue pour les salariés, et passe des accords avec de grandes entreprises qui cofinancent le service. La start-up revendique des partenariats avec plus de 60 entreprises, représentant 65.000 salariés, en région parisienne, à Lille ou encore en Haute-Savoie. Sa technologie crée des réseaux de covoiturage entre les offres des covoitureurs et la demande des passagers, selon leur trajet et leurs horaires de travail sur ces zones géographiques.

Vers des partenariats avec des collectivités locales

C'est une cible presque identique que vise BlaBlacar en expérimentant sur Reims et Toulouse le covoiturage courte distance pour les trajets domicile-travail.

La RATP et son partenaire, tout en visant la complémentarité entre covoiturage et transports en commun, dévoileront d’ici la fin de 2017 des offres communes à destination des collectivités locales, désireuses de mieux desservir leurs populations dans les zones péri-urbaines.

Ce type de partenariat a déjà été conclu par le département de l’Essonne avec la start-up Karos. Cette collectivité finance à hauteur de 100.000 euros, jusqu'à 50.000 trajets de covoiturage à disposition de ses habitants. De son côté, IDVroom revendique quelque 150 entreprises et collectivités territoriales partenaires.

Frédéric Bergé