BFM Business

Alain Vidalies veut ouvrir les trains de nuit aux financements privés

Alain Vidalies avait annoncé le 19 février que l'État ne financerait plus l'exploitation de six des huit lignes existantes

Alain Vidalies avait annoncé le 19 février que l'État ne financerait plus l'exploitation de six des huit lignes existantes - Kenzo Tribouillard - AFP

"Après avoir annoncé la fin du financement de lignes de trains de nuit, le secrétaire d'État aux Transports propose de les ouvrir à la concurrence. Mais pour Transdev, ces lignes n’offrent aucun espoir de rentabilité."

Le secrétaire d'État aux Transports a lancé vendredi "l'appel à manifestation d'intérêt", autrement dit l'ouverture à la concurrence, qui doit permettre à des opérateurs de proposer une solution d'exploitation des lignes de trains de nuit déficitaires, dont l'État veut se désengager.

Ces dernières années, les trains de nuit ont représenté en moyenne 25% du déficit des trains Intercités alors qu'ils ne transportent que 3% des passagers.

Alain Vidalies avait annoncé le 19 février que l'État ne financerait plus l'exploitation de six des huit lignes existantes, préservant seulement Paris-Briançon et Paris-Rodez-Latour-de-Carol au motif qu'elles ne présentent pas d'offre alternative de transport suffisante.

"Alain Vidalies annonce le lancement de l'appel à manifestation d'intérêt sur les trains de nuit, permettant à tous les opérateurs ferroviaires de proposer, pour leur propre compte, de nouveaux schémas d'exploitation innovants susceptibles de redonner de l'attractivité à ces lignes", indique le communiqué du ministère, ajoutant que "l'offre de train de nuit ne répond plus aujourd'hui de manière satisfaisante aux besoins des voyageurs".

Les six lignes concernées sont Paris-Toulouse, Paris-Hendaye/Tarbes, Paris-Savoie (Bourg-Saint-Maurice et Saint-Gervais), Paris-Nice, Luxembourg-Nice/Port-Bou, Strasbourg-Nice/Port-Bou.

"Une ouverture en faux semblants"

"S'il s'avère que des opérateurs formulent des propositions crédibles d'exploitation de services ferroviaires de nuit en France (...) l'État est prêt à ouvrir l'exploitation de ces services à d'autres exploitants que SNCF Mobilités", indique le texte.

Les réponses doivent ainsi permettre de connaître "le ou les schémas de desserte de nuit susceptibles de répondre aux besoins des voyageurs", "les modalités qui seraient retenues par les opérateurs, en termes notamment d'exploitation ferroviaire, mais également de politique commerciale", ainsi que "les conditions dans lesquelles des opérateurs seraient prêts à mettre en place des services ferroviaires de nuit, en particulier les garanties qu'ils estiment nécessaires".

Parmi les opérateurs ferroviaires cités par les experts comme étant susceptibles de répondre à cet appel à manifestation d'intérêt figure Thello, une filiale de Trenitalia et Transdev qui fait circuler des trains entre la France et l'Italie. Mais ce dernier a déjà dénoncé "une ouverture en faux semblants pour des lignes en très grande difficulté, voire condamnées".

L'appel à manifestation d'intérêt est disponible sur le site du ministère de l'Environnement. La date limite de réception des réponses est fixée au 31 mai 2016 à 17 heures. Les résultats de cet appel seront annoncés le 1er juillet.

P.S. avec AFP