BFM Business

Air France souffre quand KLM sourit

Air France, située en France, a plus de charges que KLM.

Air France, située en France, a plus de charges que KLM. - -

Même si les résultats ne sont pas donnés par compagnie, Alexandre de Juniac, PDG du groupe franco-néerlandais a précisé, ce jeudi 20 février, que le résultat d'exploitation d'Air France était toujours dans le rouge. Ce qui n'est pas le cas de KLM.

Air France-KLM a poursuivi son redressement en 2013. Le groupe est parvenu à dégager un bénéfice d'exploitation de 130 millions d'euros, repassant ainsi dans le vert au niveau opérationnel, a annoncé la compagnie ce jeudi 20 février. La perte nette du groupe franco-néerlandais s'est creusée à 1,83 milliard l'an dernier contre 1,22 milliard en 2012.

Si "nous ne donnons pas les résultats par compagnie", a déclaré Alexandre de Juniac, PDG du groupe franco-néerlandais, il a toutefois précisé qu'Air France avait "toujours un résultat d'exploitation négatif". Les deux compagnies connaissent donc des situations différentes.

Un personnel plus flexible chez KLM

KLM n'a pas les mêmes handicaps qu'Air France. Contrairement à la compagnie française, KLM est présente principalement sur le long courrier. C'est sur cette activité que les compagnies traditionnelles gagnent de l'argent.

Elle n'a donc pas à subventionner un réseau court et moyen-courriers lourdement déficitaire, des vols domestiques fortement concurrencés par les compagnies low cost. C'est le véritable talon d'Achille d'Air France.

Pour gagner en compétitivité sur ses vols cours et moyens courriers, la compagnie française compte accélérer la montée en puissance de sa filiale à bas coûts Transavia.

Autre avantage de KLM : la flexibilité de son personnel. Les efforts demandés aux différentes catégories de personnels ont été mis en place plus rapidement que chez Air France. Enfin le dernier argument, et non des moindre, est fiscal. KLM est situé au Pays Bas. Un pays où les charges sociale et les taxes en tout genre sont beaucoup moins lourdes qu'en France.

Mathieu Sévin avec BFMbusiness.com