BFM Business

À Toulouse, les taxis mettent la pression sur le gouvernement

Depuis ce matin, des centaines de taxis venus de toute la France et de quelques pays d'Europe bloquent la ville rose. Ils réclament entre autres, la fin du statut de VTC.

Depuis ce matin, des centaines de taxis venus de toute la France et de quelques pays d'Europe bloquent la ville rose. Ils réclament entre autres, la fin du statut de VTC. - Remy Gabalda - AFP

"Alors que le secrétaire d’État aux Transports reçoit à Paris les représentants des taxis et des VTC, Toulouse devient le théâtre d’une nouvelle contestation. Au menu des réclamations, l'usage exclusif de la géolocalisation par les taxis et la fin des VTC."

La semaine démarre en trombe dans le secteur des taxis et des VTC. Ce lundi matin, les professions concernées par le transport de personnes se retrouvent chez Alain Vidalies, secrétaire d’État aux Transports avec Laurent Grandguillaume, le médiateur nommé par Manuel Valls pour tenter de trouver une issue au conflit qui oppose chauffeurs de taxi et VTC ainsi que les centrales de réservation et les plateformes numériques. Au centre des discussions, l’indemnisation des licences de taxis qui est au cœur des propositions du médiateur.

Parallèlement, un mouvement se tient à Toulouse depuis l’aube à l’initiative de l'association de défense des taxis pour bloquer l’accès aux gares, aux aéroports, les dépôts de bus et de tramways. Les accès routiers sont bloqués depuis ce matin et pour se déplacer en ville, seul le métro fonctionne.

Paris a "accepté la concurrence des VTC"

Présentée comme nationale, voire européenne, cette manifestation se désolidarise des grandes organisations parisiennes qui, selon Stéphane Abeilhou, porte-parole de l'association de défense des taxis, "semblent avoir accepté la concurrence des VTC". Ce responsable a déclaré à l’AFP que le mouvement, pour lequel un préavis de grève a été déposé ce lundi, est illimité.

"Si dans la soirée nous n'obtenons pas satisfaction, nous reviendrons mardi", a-t-il prévenu, rappelant que leurs exigences portent sur la fin du statut de VTC et l'usage exclusif de la géolocalisation par les taxis. Ils réclament également le retour à la TVA à 5,5% et la défiscalisation de la TIPP. Selon l’AFP, les représentants du mouvement toulousain seront reçus ce lundi après-midi par le ministère.

Pascal Samama avec AFP