BFM Business

TPE/PME: les patrons plus optimistes mais de nouvelles menaces rodent

La trésorerie des PME au plus haut

La trésorerie des PME au plus haut - Reuters-Dado Ruvic

La dernière enquête de la CPME montre qu'il y a désormais plus de patrons à tabler sur une hausse de leur chiffre d'affaires que l'inverse. Mais la question des matières premières inquiète.

L'horizon semble se dégager pour les TPE et PME françaises à mesure que la situation sanitaire s'améliore et que les restrictions sont progressivement levées.

Dans sa dernière enquête, la CPME révèle que "les chefs d’entreprises sentent que la reprise est à portée de main et qu’elle sera dynamique. Le plan de relance y contribuera, sous réserve qu’il irrigue effectivement les territoires et concerne autant les TPE/PME que les grandes entreprises".

Ainsi, ils ne sont plus que 37% à tabler sur une baisse de leur chiffre d'affaires au deuxième trimestre et 42% estiment que leur CA va progresser. Ils étaient 55% au premier trimestre à faire état d'une baisse de leurs revenus sur trois mois. 53% sont néanmoins encore inquiets quant à la pérennité de leur entreprise contre 54% en janvier.

Pas de retour à la normale avant 2022

Pour autant, le retour à la normale n'est pas encore pour tout de suite, 68% des patrons le voient en 2022 contre 26% pour le second semestre de cette année.

D'autant plus que de nouveaux risques et inquiétudes surgissent. 59% des patrons interrogés (93% dans l'industrie et la construction) estiment qu'ils seront impactés par la hausse des prix des matières premières et 28% par les difficultés d'approvisionnement de certaines matières comme le PVC (69% dans l'industrie et la construction).

Quant aux difficultés financières actuelles, elles sont encore loin d'être réglées. 22% des chefs d’entreprise devant s’acquitter d’un loyer rencontrent des difficultés à le payer, alors que seuls 17% d’entre eux ont bénéficié d’une aide de leur bailleur (annulation, report) depuis le deuxième confinement.

51% des entreprises répondantes ont bénéficié du Prêt garanti pour l’Etat. Parmi elles, un quart (24%) ont utilisé la totalité ou quasi-totalité de leur prêt, quand un tiers (34%) n’y a pas touché. Plus d’un dirigeant concerné sur deux (58 %) a demandé un différé de remboursement de 2 ans.

Au total, 32% des dirigeants ont vu l'endettement de leurs entreprises encore progresser entre le quatrième trimestre 2020 et le premier trimestre de cette année.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business