BFM Business

Xavier Niel: "On a besoin de créer le CAC 40 du prochain siècle"

"Il faut qu'on ait plus de tentatives de créations d'entreprises et notre idée avec Station F est de pousser les jeunes vers l'entrepreneuriat" a soutenu Xavier Niel sur l'antenne de BFM Business

"Il faut qu'on ait plus de tentatives de créations d'entreprises et notre idée avec Station F est de pousser les jeunes vers l'entrepreneuriat" a soutenu Xavier Niel sur l'antenne de BFM Business - BFMBusiness

Le fondateur de Free a martelé sur BFMBusiness l'objectif premier de Station F, l'incubateur géant de start-up inauguré hier jeudi 29 juin: "Permettre au plus grand nombre d'entrepreneurs de tenter pour espérer obtenir dans le lot les grands noms de la tech de demain".

Xavier Niel veut aider à la création des futures valeurs tech du CAC 40 de demain. Commentant l'inauguration de Station F à laquelle a assisté Emmanuel Macron, l'incubateur géant de start-up, jeudi 29 juin, le fondateur de Free, invité sur la chaîne BFMBusiness, a martelé la philosophie de ce lieu unique dédié à l'entrepreneuriat: "Il faut qu'on ait plus de tentatives. Plus il y en aura, plus nous avons de chances que sortent du lot les grands noms de la tech de demain. Nous avons besoin de créer le CAC 40 du prochain siècle avec des grandes sociétés du numérique qui créent des emplois".

Pour y parvenir, ce sont 26 programmes thématiques d'accélération de start-up qui ont déjà été mis en place. La plupart sont parrainés par des entreprises de la tech ou des organisations. "Vente-privee.com, Thales, HEC ou l'Edhec sont à la tête de programmes" insiste Xavier Niel qui ajoute ""Notre idée ici c'est de pousser les jeunes et les autres aussi vers l'entrepreneuriat. Et vous avez dans Station F, tout un écosystème qui aide à la création d'entreprise. Les start-up et leurs entrepreneurs devront ensuite prouver qu'ils peuvent réussir. Ce ne sera pas toujours facile car ils baigneront dans un environnement qui sera darwinien".

Un programme accueille les entrepreneurs issus de milieu défavorisé

Parmi les 26 programmes d'accélération, l'un se distingue par son approche atypique: le "fighter's program". "L'idée consiste ici à chercher des jeunes de milieux défavorisés et à les emmener vers l'entrepreneuriat parce que on a moins d'entrepreneurs issus de ces milieux. Si vous avez fait une bonne école et que vous venez de milieu favorisé vous allez créer des start-up ... et c'est bien. Mais, à coté de cela, on a besoin de jeunes d'origines différentes. Nous on va les chercher. c'est aussi pour cela qu'on créée des logements".

L'accueil des entrepreneurs étrangers fait aussi partie des objectifs premiers de Station F. "Nous accueillons déjà déjà 20% de start-up étrangères" explique le fondateur de Free. "C'est de cette cohabitation de la diversité des projets d'entreprise, des origines et des profils des entrepreneurs que peuvent naître des choses explosives et créatrices" insiste Xavier Niel.

"Si on pouvait atteindre en France, la part que réalise déjà le numérique dans le PIB des États-Unis, nous aurions résorbé pour l'essentiel le problème du chômage de masse que connaît notre pays" conclut le fondateur de Free.

Frédéric Bergé