BFM Business

Un Canadien brevette un ascenseur de 20 km réservé aux astronautes 

Cette technique permettrait d’économiser 30% de carburant par rapport aux méthodes traditionnelles

Cette technique permettrait d’économiser 30% de carburant par rapport aux méthodes traditionnelles - Thoth Technology

Son idée n'est pas loufoque. Sa tour-ascenseur permettrait de réduire de 30% les dépenses de carburant des engins spatiaux. S'il convainc les investisseurs, son projet pourrait voir le jour  avant 2025.

Pour atteindre l’espace, Brendan Quine, professeur de génie et de physique de l'Université York à Toronto cofondateur de Thoth Technology, a eu une idée toute simple. Plutôt que les traditionnels lanceurs comme ceux de SpaceX, la société d'Elon Musk, il a opté pour un ascenseur.

Mais pas n’importe lequel. Le sien est pneumatique et mesure 20 km de haut. Thoth a mis au point des cellules pneumatiques constitués de polyéthylène et de kevlar qui exploitent la puissance de la pression du gaz. Avec cette technologie, il se dit certain que sa structure serait capable de résister aux ouragans.

Les engins spatiaux décollerait du haut de cette tour ascenseur

A l’intérieur, pas de moquette, ni de miroir mais un aménagement qui fait plus penser à une petite cabine d'avion. une fois installés à bord, les astronautes seront propulsés à une vitesse qui n'a pas été dévoilée par le concepteur mais qui sera évidemment sans comparaison avec celle d'une fusée. L'idée n'est pas d'aller vite, mais de dépenser moins.

Cette technique permettrait d’économiser 30% de carburant par rapport à un lancement traditionnel. "Nous n’aurons plus à passer par la phase de montée verticale", a expliqué Brendan Quine à des journalistes canadiens. "La plupart des fusées décollent verticalement pendant 15 kilomètres pour atteindre l’orbite terrestre basse. Cette phase est extrêmement consommatrice d'énergie et très inefficace." 

Une maquette d'un kilomètre et demi d'altitude

Si ce projet n’est pas encore une réalité, ce n’est non plus totalement un rêve. Thoth vient de déposer un brevet pour protéger son invention. Avant de construire cet ascenseur de 20.000 mètres de haut, l’entreprise s'est attaqué à un premier défi: créer une maquette de 1,5 km pour tester le concept. Et elle se donne entre 3 et 5 ans pour y parvenir.

Ce temps sera mis à profit pour réunir les 5 à 10 milliards de dollars nécessaires pour créer la version finale qui nécessitera, elle, trois années supplémentaires pour voir le jour. Pour inciter les investisseurs à le suivre, Brendan Quine met en avant le fait que sa tour-ascenseur pourrait aussi servir d’éolienne, d’antenne de communication et de site touristique.

Pascal Samama