BFM Business

Stéphane Richard: "je suis engagé à fond à la tête d'Orange"

Stéphane Richard, le PDG d'Orange, était l'invité de BFM Business, lundi 1er juillet.

Stéphane Richard, le PDG d'Orange, était l'invité de BFM Business, lundi 1er juillet. - -

Le patron de l'opérateur français était l'invité de BFM Business, lundi 1er juillet. Il a évoqué la nouvelle stratégie du groupe, mais également sa mise en examen dans l'affaire Tapie.

Conforté à son poste par les actionnaires après l'épisode de l'affaire Tapie, pour laquelle il est mis en examen, Stéphane Richard a vite repris le chemin des affaires.

Invité de BFM Business, lundi 1er juillet, le patron d'Orange a détaillé la stratégie de l'opérateur, "définie en 2010, et ce jusqu'en 2015" qui passe notamment par l'abandon définitif de la marque France Télécom, effectif depuis ce jour. Un "cap symbolique", selon lui.

Le dirigeant a ensuite défendu les investissements déjà réalisés, en particulier dans les réseaux: "nous sommes le plus gros investisseur dans la 4G, nous sommes de très loin le premier investisseur dans la fibre. Depuis que j'ai pris mes fonctions à la tête d'Orange (depuis 2011, ndlr), nous avons multiplié par trois le nombre d'abonnés à la fibre, et ce sera encore multiplié par cinq d'ici à 2015".

L'affaire Tapie "ne concerne pas Orange"

Pour Stéphane Richard, Orange est confronté, "comme tous les grands opérateurs, à une mutation sans précédent, qui est celle du passage d'un modèle économique centré sur la voix à un modèle centré sur la data. L'enjeu, c'est d'arriver à monétiser ces nouveaux usages d'échanges de données."

Interrogé ensuite sur l'instruction judiciaire en cours, et sur un éventuel impact sur la gouvernance du groupe, le dirigeant a tenu à clore le dossier.

"Pour conduire ce changement (de stratégie, ndlr), il faut savoir où l'on va, et il faut avoir la volonté et l'énergie. Sur ces deux points, il n'y a aucune ambiguité", a-t-il assuré. "Enfin, il faut disposer de la confiance de son conseil d'administration et de ses salariés. La période récente a montré que je réunissais toutes ces conditions."

"Pour l'instant, je suis engagé à fond à la tête d'Orange", a-t-il poursuivi. "Cela me passionne. Je ne parle plus de cette affaire, elle ne concerne pas Orange".

A LIRE AUSSI :
>> France Télécom passe définitivement sous la marque Orange

>> Orange prévoit une baisse de 12% des factures mobiles en 2013

Y. D.