BFM Business

Sigfox bâtit le backbone mondial de l’Internet des objets

-

- - -

La start-up toulousaine s’internationalise et intéresse de plus en plus les financiers. La promesse est alléchante : un réseau mondial accessible à tous les objets connectés, très abordable.

Si de nombreuses conversations sont alimentées par l’Internet des objets, on évoque plus rarement l’infrastructure nécessaire aux échanges des objets connectés, ou aux applications machine-to-machine.

A Labège, à quelques kilomètres de Toulouse, la start-up SigFox a été créée en 2009, par Ludovic Le Moan, avec l’objectif de mettre sur pied un réseau mondial de télécommunications dédié au monde des objets connectés. Sans fil et à très bas débit, le réseau génère peu de surcoût, indispensable à des applications de grande envergure. Son installation est simple, et le système consomme très peu d’énergie, comparé à des communications sur réseaux mobiles. Le protocole de transmission conçu par Sigfox est en outre compatible avec la majorité des émetteurs-récepteurs existants.

Les dispositifs compatibles se connectent ainsi au réseau Internet sans frais supplémentaires. Et Sigfox s’occupe de nouer des partenariats avec des opérateurs de réseau cellulaire au niveau mondial.

Ludovic Le Moan, PDG et Fondateur de Sigfox
Ludovic Le Moan, PDG et Fondateur de Sigfox © -

Un réseau mondial peu consommateur de bande passante et d'énergie

Utilisant la technologie radio UNB (Ultra Narrow Band) pour connecter les objets à son réseau mondial, Sigfox dispose d'un réseau de haute capacité, consommant un minimum d’énergie avec une infrastructure cellulaire facile à déployer sous forme d’étoile. Le réseau utilise des bandes de fréquence mondialement disponibles sans licence (ISM) sans risque de collision ou de perturbation ; 868MHz en Europe (bande européenne ISL) et 902 MHz aux USA.

Les modules logiciels API qui vont aider à connecter les objets sont disponibles sur le cloud Sigfox. Ils vont aider à gérer les périphériques et la configuration de l'intégration des données. Il s'agit d'APIs reposant sur des standards comme les requêtes HTTPS REST (get ou post), ou Json.

Après la France, la start-up se développe aux Pays-Bas avec Aerea et en Russie avec Micronet, en Espagne avec Abertis. Elle négocie actuellement avec de nombreux opérateurs dans d’autres pays : Italie, Allemagne et Royaume-Uni. Sigfox vient d’ouvrir un bureau au coeur de la Silicon Valley, à Palo-Alto (Californie).

Le titre de l'encadré ici

|||

📷

Après avoir levé 2 millions d’euros fin 2010 puis 10 autres millions au cours de l’été 2012, SigFox a réalisé une troisième levée de fonds de 15 millions d’euros le 28 mars dernier. Parmi ses investisseurs figurent Idinvest Partners, BPI France ainsi que les fonds présents à l'origine (Elaia Partners, Intel Capital, Ixo Private Equity et Partech Ventures).

Fin avril, la société a défrayé l’actualité en annonçant l'arrivée d'Anne Lauvergeon (ex-dirigeante d’Areva) au poste de Présidente du Conseil d’Administration de Sigfox.