BFM Business

SFR supprime 856 postes via des départs volontaires

L'opérateur va procéder à 1123 départs, partiellement compensés par des créations de poste

L'opérateur va procéder à 1123 départs, partiellement compensés par des créations de poste - -

L'opérateur mobile va réduire ses effectifs de près de 10%.

SFR a annoncé ce mercredi 28 novembre aux représentants du personnel un plan de 856 suppressions de postes, soit plutôt dans la fourchette basse des chiffres qui circulaient (500 à 2000).

Les suppressions de postes s'effectueront via "des mobilités internes et des départs volontaires". L'opérateur ajoute: "les départs seront strictement volontaires. De plus, aucun volontaire éligible ne pourra quitter l’entreprise sans un projet professionnel viable". Selon une source interne, ce chiffre de 856 postes résulte de 1123 départs compensés par 267 créations de postes. La filiale de Vivendi compte environ 10 000 salariés.

Dans un message aux salariés, le PDG Stéphane Roussel justifie: "de nouvelles offres et une concurrence renforcée ont conduit à une baisse brutale de notre chiffre d’affaires et une dégradation durable de notre compétitivité. J’ai décidé que notre réorganisation ne provoquerait aucun départ contraint. Les mesures d’accompagnement [seront] au moins équivalentes à celles qui avaient été proposées en 2008".

Le plan concerne quasiment toute l'entreprise: sont impactées les directions grand public & professionnels, entreprises (Business Team), ressources humaines, réseaux & systèmes d'information, innovation services & contenus, mais aussi la présidence et la direction générale déléguée.

Dans un communiqué intersyndical, la CFDT, la CFE-CGC, SUD, la CGT et l'Unsa, jugent ces suppressions de postes "d'autant moins justifiées que SFR reste une des entreprises les plus bénéficiaires du territoire". Pour eux, "ce n'est pas l'arrivée de Free qui peut justifier le plan d'économie". Ils font valoir que les charges de personnel sont inférieures à 7% du chiffre d'affaires, et que l'impact du plan "sur la profitabilité de SFR ne dépassera pas 1%". Ils relèvent par ailleurs que Vivendi a déjà annoncé "qu'il cherchait un repreneur". Selon eux, Vivendi "sacrifie des salariés sur l'autel des profits pour faire encore plus briller leur pépite SFR, et mieux la vendre".

Plan d'économies

Fin août, SFR avait annoncé "un plan d’adaptation de sa structure de coûts". Le premier volet porte sur les coûts opérationnels (réseau, systèmes d'information, salaires, sous traitants, taxes...), qui s'élèvent à 2,1 milliards d'euros par an. Le plan vise à les réduire d'un quart, soit 500 millions d’euros, d'ici 2014. Toutefois, "les budgets publicitaires et les opérations marketing segmentées seront préservées".

Le second volet porte sur les charges variables, qui doivent "baisser significativement". Le dernier volet porte sur les investissements, qui doivent tomber entre 1,4 et 1,5 milliards d'euros d'ici 2014, contre 1,8 milliard d'euros en 2011.

De son côté, Bouygues Telecom avait déjà annoncé en juillet un plan de 556 départs volontaires.

Jamal Henni et reportage TV de Pierre Caillé et Antoine Pollez