BFM Business

Rachat de Malta Air, Lauda et Buzz: Ryanair a trouvé la parade au Brexit qui lui fait économiser des impôts

Le groupe Ryanair, qui n'a pas fourni le montant de cette acquisition prévue pour la fin juin 2019, fera passer de 6 à 10 le nombre de ses avions basés à Malte dans les trois années suivant ce rachat.

Le groupe Ryanair, qui n'a pas fourni le montant de cette acquisition prévue pour la fin juin 2019, fera passer de 6 à 10 le nombre de ses avions basés à Malte dans les trois années suivant ce rachat. - Pascal Lachenaud-AFP

Le rachat de Malta Air permet à la compagnie low cost irlandaise de transférer sur cette île une partie de ses avions. Ryanair profite de conditions fiscales très avantageuses. Et avec l'autrichien Lauda et le polonais Buzz également sous son giron, elle peut redéployer sa flotte dans l'UE sans crainte des conséquences du Brexit.

Ryanair continue d'organiser le redéploiement de sa flotte au sein de l'UE, dans la perspective du Brexit. La compagnie low cost irlandaise acquiert une petite société maltaise quasi-inconnue, Malta Air (ne pas confondre avec Air Malta, la compagnie nationale) afin de renforcer sa présence sur l'île méditerranéenne.

"Cet investissement dans Malta Air va permettre à Ryanair de renforcer sa présence déjà notable à Malte (3 millions de passagers par an) et d'accéder aux marchés hors-UE (l'Afrique du Nord) depuis Malte", a expliqué Ryanair officiellement, qui a trouvé sur ce point un terrain d'entente avec les autorités maltaises qui veulent faire de l'île un hub aérien.

Les autorités maltaises ont assisté à la signature

La signature de l'accord de rachat est intervenue en présence de Michael O'Leary, le patron de Ryanair, du Premier ministre maltais Joseph Muscat et du ministre du tourisme Konrad Mizzi (cf photo ci-dessous).

Ce rachat va aussi permettre à Ryanair de transférer sur l'île met sous le nom de Malta Air une partie des opérations actuellement accomplies sous sa propre marque, en partie pour se prémunir des conséquences du Brexit sur ses activités.

-
- © Le patron de Ryanair, Michael O'Leary (au centre de la photo) a conclu le rachat de Malta Air. Ryanair

La compagnie irlandaise a d'ores et déjà prévu de transférer six de ses Boeing 737-800 à l’aéroport de La Valette (d’une valeur supérieure à 600 millions de dollars) sur le registre d'immatriculation maltais. Puis, à partir de l'été 2020, les avions Ryanair présents à Malte (où la low cost dispose d'une base depuis 2010) passeront sous le pavillon de Malta Air, dont la flotte passera à dix avions dans les trois années suivant ce rachat.

En récupérant un certificat de transporteur aérien (AOC) à Malte, la compagnie s'ouvre aussi la porte de la fiscalité avantageuse insulaire.

200 salariés de Ryanair passeront sous contrat maltais

Des appareils issus de ses bases en France, en Italie et en Allemagne seront également transférés sous pavillon maltais, ce qui permettra selon Ryanair, à "ces équipages de payer leurs impôts sur le revenu localement en France, en Italie et en l’Allemagne au lieu de l’Irlande où ils sont actuellement tenus de payer des impôts sur le revenu en vertu du CTA irlandais de Ryanair." Sans attendre, quelque 200 employés de Ryanair basés à Malte passeront sur des contrats locaux et donc soumis aux taxes et cotisations maltaises.

Premier groupe européen en nombre de passagers transportés, Ryanair ambitionne d'accroître son trafic annuel passagers à 153 millions lors de son exercice comptable 2019-2020. Outre Malta Air, le groupe irlandais a repris sous son giron deux petits acteurs européens du low cost, Lauda en Autriche et Buzz en Pologne. Deux filiales qui lui permettent également de redéployer sa flotte en Europe centrale. 

Frédéric Bergé