BFM Business

Pourquoi le conglomérat Samsung fait du Meccano capitalistique

L'opération de rapprochement entre les deux activités de Samsung conforte la position de l'héritier présomptif, Jay Y.Lee, vice-président de Samsung Electronics.

L'opération de rapprochement entre les deux activités de Samsung conforte la position de l'héritier présomptif, Jay Y.Lee, vice-président de Samsung Electronics. - Robyn Beck-AFP

Samsung va fusionner deux de ses entités. Cette réorganisation prépare la succession de Lee Kun-Hee, le patriarche à la santé défaillante, à la tête de l'empire coréen.

Le conglomérat coréen prépare sa structure capitalistique à la succession qui se prépare à sa tête. Cheil Industries (ex-Everland), la holding de contrôle de fait du groupe, va acquérir Samsung C&T présente dans le commerce et la construction. Les deux entités sont cotées à la Bourse de Séoul.

Cheil Industries, dont les activités vont de la construction à la mode, va offrir 0,35 nouvelle action pour chaque action Samsung C&T, selon les termes de cette transaction qui devrait être conclue d'ici le mois de septembre 2015, après le feu vert des actionnaires.

Cette opération rapproche aussi ce que les analystes considèrent comme deux entreprises clés au sein du tentaculaire conglomérat contrôlé par la famille Lee.

Avec une participation de 4,06% dans Samsung Electronics, qui vaut actuellement près de 7,35 milliards d'euros au vu de cours actuels du titre, Samsung C&T est aussi le troisième actionnaire du géant sud-coréen de l'électronique, véritable pépite du groupe, derrière le fonds de pension national sud-coréen et Samsung Life Insurance.

L'héritier présomptif, Jay Y.Lee, veut renforcer son contrôle 

Ces dernières années, le groupe actuellement dirigé par Jay Y.Lee, le fils de son fondateur, Lee Kun-Hee, a fusionné, scindé ou introduit en Bourse des entités en vue d'assurer sa succession et de simplifier une structure de plus en plus opaque.

Alors que Samsung se prépare pour un passage de relais entre Lee Kun-hee, hospitalisé depuis une crise cardiaque il y a un an, et ses enfants, cette transaction permettra également de conforter la position de son héritier présomptif et vice-président de Samsung Electronics, Jay Y. Lee, qui devrait rester l'actionnaire principal, avec environ 16,5%, de l'entité issue de la fusion.

Cette opération doit encore être approuvée par le actionnaires du groupe, dont l'opposition avait contraint Samsung Heavy Industries à renoncer à absorber Samsung Engineering en novembre prochain.

F.Bergé avec AFP