BFM Business

Orange attaque l'accord sur les réseaux entre SFR et Bouygues

Orange estime que cet accord est anti-concurrentiel.

Orange estime que cet accord est anti-concurrentiel. - -

Le groupe dirigé par Stéphane Richard a saisi l'Autorité de la Concurrence pour demander la suspension immédiate de cet accord, signé, il y a trois mois, entre les deux opérateurs télécoms.

Orange passe à l'offensive. Ce mercredi 30 avril, l'Autorité de la Concurrence a indiqué avoir été saisie par l'opérateur dirigé par Stéphane Richard. Orange lui demande la suspension immédiate de l'accord de mutualisation des réseaux mobiles conclu entre SFR et Bouygues il y a trois mois.

Cet accord vise à générer pour SFR et Bouygues Telecom plusieurs dizaines de millions d'euros d'économies à terme, la fourchette de 200 à 300 millions ayant même été avancée par certaines sources.

Selon les EchosOrange considère que les deux opérateurs ne peuvent mettre en œuvre tant que l'Arcep, le gendarme des télécoms, n'a pas produit d'analyse de marché liée à cet accord de mutualisation et que l'Autorité de la concurrence n'a, elle, pas donné son feu vert au rachat de SFR par Numericable.

Une couverture trop large

Orange formule cinq griefs à l'encontre de cet accord de mutualisation. Parmi eux, le groupe estime notamment qu'il est anticoncurrentiel en raison de sa couverture: 57% de la population et 80% du territoire français.

L'opérateur historique demande au gendarme de la concurrence de traiter cette affaire en urgence, en demandant des mesures conservatoires.

Reste à savoir si cette plainte ira bien loin. En effet, SFR et Bouygues Telecom, avant de finaliser leur accord, avaient consulté de manière informelle l'Autorité de la concurrence, et avaient intégré ses demandes.

J.M. avec AFP