BFM Business

Numericable poursuit son développement à toute vitesse

Numericable a absorbé SFR pour plus de 13 milliards d'euros.

Numericable a absorbé SFR pour plus de 13 milliards d'euros. - Philippe Huguen - AFP

Le câblo-opérateur a officiellement bouclé jeudi le rachat de SFR, tandis que l’Autorité de la concurrence a donné son feu vert à l’acquisition de Virgin Mobile. Mais Numericable ne compte pas s’arrêter là.

Belle journée pour Numericable. Le câblo-opérateur a en effet bouclé jeudi le rachat de SFR, tout en obtenant le même jour le feu vert du gendarme de la concurrence pour l’acquisition de Virgin Mobile.

"Par le rapprochement de SFR et de Numericable, nous créons aujourd'hui le champion français du très haut débit et de la convergence fixe-mobile", s'est félicité dans un communiqué Patrick Drahi, qui a été nommé président du conseil d'administration du nouvel ensemble SFR-Numericable. Les actionnaires ont ainsi adopté à la majorité les résolutions liées au rachat de SFR pour 13,36 milliards d'euros, au cours d'une assemblée générale extraordinaire réunie jeudi.

Le nouvel ensemble SFR-Numericable sera détenu à 60% par Altice (la maison mère de Numericable), 20% par Vivendi et 20% au flottant.

Numericable ne veut pas s'arrêter là

Cette opération va bouleverser le paysage français des télécommunications et avait obtenu sous conditions l'aval de l'Autorité de la concurrence fin octobre, car elle renforce Numericable, déjà leader du très haut débit en France grâce son réseau câblé historique.

Par ailleurs, le cablo-opérateur a obtenu le feu vert sans condition de l'Autorité pour le rachat de Virgin Mobile, premier opérateur sans réseau propre, qui totalise 1,7 million de clients.

Mais Altice, le groupe du milliardaire Patrick Drahi, qui a entamé une phase de croissance accélérée, ne compte pas s'arrêter là et a manifesté la semaine dernière son intérêt pour Bouygues Telecom, candidat malheureux au rachat de SFR.Cependant, Eric Denoyer, le directeur général de Numericable, a indiqué au Figaro vendredi que la nouvelle entité n'aurait "pas besoin" de cette acquisition.

La société n'a d’ailleurs pas l'intention de cantonner ses acquisitions à la France et a récemment offert 7,025 milliards d'euros pour racheter l'opérateur historique Portugal Telecom, pays dans lequel il est déjà présent depuis 2012 avec entre autres le câblo-opérateur portugais Cabovisao.

Quid de Vivendi ?

Du côté de Vivendi, la vente de SFR clôt une étape importante de son recentrage sur les médias et contenus, même s'il conserve quelques participations dans les télécoms.

Quant au montant de la transaction, "Vivendi pourra également recevoir un complément de prix de 750 millions d'euros en fonction des performances financières futures du nouvel ensemble", rappellent Vivendi et Altice dans deux communiqués séparés.

Y.D. avec AFP