BFM Business

Nous avons testé l'efficacité de la modération de Qwant Junior

L'application Qwant Junior est disponible gratuitement sur iOS et Android

L'application Qwant Junior est disponible gratuitement sur iOS et Android - DR

Le moteur de recherche français a dévoilé lundi son application destinée aux 6/12 ans. BFM Business a mis à l'épreuve les filtres destinés à protéger les jeunes internautes des contenus non-adaptés.

Alors que le scandale Facebook bat son plein, Qwant se veut une bulle d’air frais. Le moteur de recherche français, qui assure ne collecter aucune données sur ses utilisateurs lors des recherches, a dévoilé lundi son application Qwant Junior. Cette version du moteur de recherche, adaptée aux 6/12 ans, a été lancée en décembre 2015, elle est désormais disponible via une application dédiée.

Disponible gratuitement sur iOS et Android, elle fournit du contenu adapté au jeune public. Les recherches sont filtrées et les résultats non-adaptés sont supprimés. En plus d'être un moteur de recherche, c’est aussi un vrai navigateur. “Les enfants peuvent surfer partout sur internet. Sauf sur les sites que nous considérons comme non-adaptés”, indique Jean-Baptiste Piacentino, directeur adjoint de Qwant. 

Les gros-mot sont modérés

La liste des contenus non adaptés est assez large. Pornographie, violence, incitation à la haine, à la consommation de drogues… “Nous avons une liste noire qui est maintenue par nos équipes mais aussi par les enseignants”, assure Jean-Baptiste Piacento. “Les professeurs peuvent signaler des contenus et nous les supprimons immédiatement. Nous les vérifions ensuite dans les heures qui suivent”, ajoute-t-il.

Nous avons voulu tester l’efficacité des filtres de recherche. Pour les termes assez classiques comme “pornographie”, ou des gros-mots comme “putain” et “merde”, Qwant Junior ne fournit aucun résultat. Les sites hébergeant du contenu pornographique ne sont pas accessibles et le message "Ce site ne convient pas un enfant de ton âge" est affiché.

A gauche, la page affichée lors de la recherche d'un gros-mot et à droite, le message pour un site avec du contenu pornographique
A gauche, la page affichée lors de la recherche d'un gros-mot et à droite, le message pour un site avec du contenu pornographique © DR

Ne pas tout censurer et permettre aux enfants d'apprendre 

En tapant "Stormy Daniels", en référence à l'actrice pornographique qui affirme avoir eu des relations sexuelles avec le président des États-Unis Donald Trump, nous avons constaté que Qwant Junior laisse apparaître des liens vers des articles de presse mais modère les images. 

Qwant Junior modère les images faisant référence à Stormy Daniels mais laisse apparaître des liens vers des articles de presse
Qwant Junior modère les images faisant référence à Stormy Daniels mais laisse apparaître des liens vers des articles de presse © DR

"Dans le cas de Stormy Daniels, Qwant Junior considère que les textes ne sont pas explicites. Mais il modère les images qui ont vraisemblablement un caractère pornographique", réagit Jean-Baptiste Piacentino. 

L'application réagit pareillement pour le mot-clé "Daech". Des contenus expliqueront ce qu'est l'Organisation État islamique mais les jeunes internautes ne pourront pas voir d'images. Qwant Junior ne veut pas être un censeur et met en avant des contenus positifs et éducatifs, répertoriés dans une liste blanche élaborée avec le ministère de l’éducation nationale. 

Le problème YouTube 

YouTube a été récemment épinglé pour avoir suggéré des vidéos conspirationnistes sur son application destinée aux enfants. Quid de Qwant Junior? "YouTube a un mode restreint peu connu que nous utilisons sur notre application", note Jean-Baptiste Piacentino, qui juge cette modération "acceptable". "Aucun filtre n'est fiable à 100%, mais celui-ci vous aidera à éviter la plupart des contenus inappropriés", peut-on lire sur le site de Youtube. 

Nous nous sommes prêtés au jeu et tenté d'accéder à YouTube via Qwant Junior ce mercredi. Mais aucun lien direct n'est apparu dans les résultats. Le moteur de recherche proposait de télécharger l'application YouTube, de se rendre sur le blog officiel ou encore de visiter le compte Instagram. Nous avons ensuite opté pour une autre solution: taper directement l'URL dans le navigateur. Surprise, Qwant Junior nous interdit l'accès.

Simple bug ou non, ce n'est pas une bonne nouvelle pour tous les petits fan de Youtubeurs. Nous jouons notre dernière carte: inscrire "Norman" (un vidéaste apprécié du jeune public) dans la barre de recherche. Ouf! Dans l'onglet vidéos, le Français de 30 ans est bien présent. Les contenus sont visibles tant que l'on ne clique pas sur "voir le site". 

Dernier test avec le mot-clé "alunissage". Premier résultat dans l'onglet vidéos: "l'imposture du premier homme sur la lune". Un contenu conspirationniste, donc. Globalement, la technologie reste perfectible. Mais c'est toujours mieux que de laisser vos enfants surfer sur un navigateur classique.

Dans l'onglet vidéos, le premier résultat pour "alunissage" est un contenu conspirationniste
Dans l'onglet vidéos, le premier résultat pour "alunissage" est un contenu conspirationniste © DR
Pauline Dumonteil