BFM Business

Naissance d'un géant européen des datacenters

L'ajout des activités de TelecityGroup va renforcer l'offre d'Equinix à sa clientèle d'entreprises en Europe

L'ajout des activités de TelecityGroup va renforcer l'offre d'Equinix à sa clientèle d'entreprises en Europe - Jacques Demarthon AFP

La société américaine Equinix, fort de 13 centres de données en Europe, rachète son rival anglais TelecityGroup pour 3,3 milliards d'euros.

Le cloud européen voit naître un puissant acteur des infrastructures techniques. Le groupe américain de centres de données Equinix prévoit de racheter l'acteur britannique TelecityGroup pour 2,35 milliards de livres (3,3 milliards d'euros) afin de s'étendre en Europe.

Conséquence de cette opération considérée comme amicale, la fusion planifiée de Telecity avec son rival néerlandais Interxion, va tomber à l'eau.

Ce rachat s'inscrit dans le cadre de l'essor des services cloud en Europe qui repose sur maillage à la fois global et local du Vieux continent. Les entreprises acceptent d'externaliser leur informatique dans le cloud à condition que leurs ordinateurs ou leurs applications soient hébergés dans des centres techniques, situés à proximité de leur centre de décision

A l'issue de l'offre, en numéraire et actions nouvelles Equinix, les actionnaires de Telecity posséderont environ 10% du nouvel ensemble.

Equinix tisse sa toile dans de nouvelles capitales d'Europe

"L'ajout des activités de TelecityGroup va considérablement renforcer l'offre d'Equinix aux clients en Europe et au-delà, consolidant notre position de leader mondial dans les interconnections globales et centres de données", a expliqué Stephen Smith, le PDG d'Equinix.

Cette dernière dispose aussi d'accords avec IBM et Orange auxquels il fournit, pour les besoins de leurs grands clients, ses mètres carrés de salles informatiques.

Ce rachat permet aussi à Equinix de tisser sa toile en Europe. Telecity exploite ainsi des datacenters dans les centres d'affaires européens, de Dublin, Varsovie, Milan, Helsinki ou Istanbul. Dans ces villes, où Equinix n'est pas présent, il existe un fort besoin d'infrastructures cloud en raison de la concentration d'entreprises dans ces capitales économiques.

Frédéric Bergé