BFM Business

Les résultats catastrophiques du cloud à la française

Un centre de données d'Orange

Un centre de données d'Orange - Stéphane Foulon-Orange

En trois ans, les deux projets rivaux de cloud français ont englouti 150 millions d'investissements, et cumulé 108 millions d'euros de pertes, pour un chiffre d'affaires microscopique.

En 2012, naissaient deux projets concurrents de cloud 100% français: Cloudwatt et Numergy. Trois ans après, le bilan financier est catastrophique. Ces deux sociétés ont cumulé 108 millions d'euros de pertes entre 2012 et 2014 (cf. encadré ci-dessous).

Cela malgré 156 millions d'euros d'investissements cumulés sur trois ans. Précisément, les actionnaires de Cloudwatt (Orange, Thalès, Caisse des dépôts) ont injecté 100 millions d'euros. Tandis que ceux de Numergy (SFR, Bull, Caisse des dépôts) n'ont déboursé que 56 millions d'euros.

Chiffre d'affaires microscopique

Et encore, cela aurait pu être bien pire: lors du lancement, un investissement de 225 millions d'euros avait initialement été budgété pour chacun des deux projets, mais n'a finalement pas été intégralement débloqué. 

Quant au chiffre d'affaires, il est microscopique (cf. ci-dessous), très loin des ambitions affichées: 500 millions d'euros en 2017 pour Cloudwatt, et 400 millions d'euros pour Numergy. Et encore, 60% des revenus de Numergy proviennent de la fourniture de services à son actionnaire SFR...

Un échec qui était prévisible dès le départ. En effet, on pouvait se douter qu'il n'y avait pas de place pour deux clouds souverains concurrents..., qui plus rivaux de celui de Dassault Systèmes. Selon des sources industrielles, des discussions de fusion ont bien eu lieu en 2014, mais elles n'ont jamais abouti...

Fin de la récréation

Heureusement, une reprise en main s'amorce enfin. D'abord, l'Etat, qui a déjà englouti 50 millions d'euros cumulés via la Caisse des dépôts, aurait décidé de sonner la fin de la récréation. Selon les Echos, Bercy aurait décidé de ne plus y investir un euro. Et il vient de se désengager de Cloudwatt, qui a été repris en totalité par Orange.

Côté Numergy, la situation est plus complexe. SFR a été racheté l'an dernier par Numericable, qui souhaiterait se désengager, assurent les Echos. "C'est faux", répond le porte-parole de SFR Numericable, qui précise: "nous menons actuellement une revue stratégique de Numergy afin d'envisager toutes les solutions possibles".

"Pas à rougir"

De son côté, le président de Numergy Philippe Tavernier se veut optimiste: "l'engagement d'investissements de nos actionnaires de 225 millions d'euros sur 5 ans est toujours valide". Quant aux résultats, ils sont, à l'en croire, au rendez-vous: "notre projet est validé, marche et commence à générer des revenus. Nous avons près d'un millier de clients, et pas à rougir quand nous nous comparons aux revenus d'Amazon Web Services de 6,5 millions d'euros. Le marché du cloud public est juste plus petit qu'espéré: au total, il ne s'élève qu'à 40 millions d'euros, selon les déclarations de Dassault Systèmes. Mais son potentiel reste important: le cloud est utilisé par seulement 12% des entreprises françaises".

De son côté, Orange, nouveau propriétaire de Cloudwatt, n'a pas souhaité répondre à nos questions. 

Les résultats financiers (en millions d'euros)

Numergy
Chiffre d'affaires (hors SFR) 2012: 0 2013: 1,2 2014: 2 (5 avec SFR)

Résultat net
2012: -3,2 2013: -17,9 2014: -20

Cloudwatt
Chiffre d'affaires 2012: 0 2013: 0,1 2014: < 3

Résultat net
2012: -2,9 2013: -29,2 2014: -35,2

Sources: comptes sociaux, actionnaires, AFP

Jamal Henni