BFM Business

Microsoft contraint de payer ceux qui utilisent son navigateur web

Microsoft finance l'usage de son navigateur internet en récompensant les internautes qui le choisissent pour surfer sur le web.

Microsoft finance l'usage de son navigateur internet en récompensant les internautes qui le choisissent pour surfer sur le web. - Justin Sullivan- Getty images north america-AFP

Confronté à la domination croissante de Google, Microsoft en est réduit à rémunérer, aux États-Unis, les internautes utilisant Edge pour surfer sur le web. Il leur accorde des bons d'achats chez Starbucks ou Amazon ou des crédits utilisables sur sa propre boutique en ligne.

Payer des internautes pour qu'ils utilisent un logiciel sur le web? Après avoir dénigré son grand rival Chrome de Google, Microsoft n'hésite pas à franchir le Rubicon avec un programme récompensant ceux qui surferont sur le web en choisissant d'utiliser son navigateur Edge depuis leur PC. Ce programme permet concrètement aux utilisateurs de récupérer des bons d'achat à dépenser chez Starbucks ou Amazon, ou des crédits pour télécharger des applis, jeux ou films sur la boutique en ligne Microsoft Store.

En contrepartie, Microsoft surveillera à distance que l'internaute connecté utilise effectivement son navigateur Edge, 30 heures par mois, en suivant à la trace les mouvements de la souris sur son PC. En outre, l'éditeur impose l'utilisation de son moteur de recherche Bing, toujours dans le cadre de son programme.

Cette proposition commerciale inédite, qui n'est pour l'instant valable qu'aux États-Unis, témoigne pour l'éditeur américain d'une volonté de relancer à tout prix l'usage de son nouveau navigateur web, appelé à remplacer Internet Explorer.

-
- © Chrome est utilisé en France par 48% des internautes connecté à Internet depuis un PC ou une tablette. Source : Statcounter

Alors que Edge est activé par défaut lorsqu'on installe Windows 10, lequel est téléchargé sur 350 millions de PC dans le monde (un an après son lancement) les utilisateurs continuent de lui préférer Chrome de Google, quand il s'agit de surfer sur le web. Et de loin...

En France, selon les statistiques de Statcounter, Chrome continue de gagner des parts de marché (cf infographie ci-dessus). En août 2016, il frôlait les 50% d'utilisation sur les PC et les tablettes connectés à Internet, devant Fifefox (22%) et Safari d'Apple (13%). Loin derrière, Edge de Microsoft affiche un peu plus de 4,5% d'utilisation, même si sa progression est régulière depuis son apparition il y a un an.

Reste à savoir si l'incitation financière de Microsoft, assortie de contraintes non-négligeables pour l'utilisateur, suffira à doper l'usage de son navigateur web alors qu'au niveau mondial, 58% des internautes lui préfèrent le logiciel de Google...

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco