BFM Business

Microsoft casse sa tirelire pour soigner son image

Dans ses deux spots diffusés pendant le Superbowl, l'éditeur a joué la carte sociétale, montrant comment les nouvelles technologies peuvent aider à progresser et à réduire la fracture sociale.

Dans ses deux spots diffusés pendant le Superbowl, l'éditeur a joué la carte sociétale, montrant comment les nouvelles technologies peuvent aider à progresser et à réduire la fracture sociale. - AFP Timothy A.Clary

Les deux spots de pub diffusés aux Etats-Unis durant la final du Super Bowl lui ont coûté 18 millions de dollars. Microsoft y joue sur la corde sensible avec un handicapé et une enseignante à la retraite.

Mcrosoft était le roi de la fête ce dimanche 1er février pour la finale du 49ème Super Bowl. Avec une seule fausse note pour le groupe high-tech. L’équipe des SeaHawks basée à Seatle près du siège de Microsoft et dont Paul Allen, son co-fondateur, est le propriétaire, s’est inclinée face aux New England Patriots (24-28).

Pour le reste, Microsoft aura été l’annonceur le plus en vue avec deux spots de 60 secondes durant cette grand’messe du football américain. A raison de 150.000 dollars la seconde, la firme a dû débourser quelque 18 millions de dollars pour participer à l’événement télévisuel le plus suivi outre-Atlantique.

L’an dernier, l’audience avait culminé à 111,5 millions de téléspectateurs, battant le record de l'émission la plus regardée dans toute l'histoire de la TV américaine. Dans ses deux vidéos, l'éditeur a joué la carte sociétale en mettant en scène un enfant handicapé et une enseignante à la retraite. L'occasion de montrer comment les nouvelles technologies peuvent aider à progresser et à réduire la fracture sociale.

La première pub (voir à la fin de cet article) met en scène le petit Braylon O'Neill, six ans, qui est né sans tibia ni péroné. A force d’abnégation et avec l’aide de prothèses, il peut aujourd’hui marcher et même courir.

Dans la seconde séquence, on suit Estella Pyfrom, 71 ans, qui a mis toutes ses économies pour aménager en bus en salle de classe avec 12 postes informatiques. Son "Brillant Bus" se déplace dans les quartiers sensibles pour enseigner la lecture ou les mathématiques.

Dans ces deux vidéos -visionnées près de 2,5 millions de fois en cumulé sur YouTube- la voix off est assurée par le chanteur Common. Le rappeur reprend des propos tenus par Satya Nadella, lors d’une conférence partenaires en juillet dernier. Avec "empowerment" le mot fétiche du nouveau PDG de Microsoft repris aussi en hastag (#empowering). Empowerment que l’on pourrait traduire par émancipation, responsabilisation, capacité à agir. On notera qu’aucun produit maison n’est montré à l’écran à la différence des autres campagnes de communication.

Microsoft s’est rattrapé sur le terrain. Partenaire officiel de la ligue nationale de football depuis 2013, le géant américaine a fourni sa tablette sa Surface Pro 2 aux entraîneurs et aux joueurs pour visualiser les différentes phases de jeu et élaborer leur stratégie. NBC a, de son côté, utilisé Azure, la plate-forme cloud de Microsoft pour assurer la diffusion du match en ligne

Xavier Biseul