BFM Business

   Les voitures connectées vont rendre la route plus sûre

Développé par le Car2Car Communication Consortium, le système de communication entre véhicules permettra à chaque conducteur d’ajuster sa conduite en fonction d’informations communiquées par les autres véhicules présents dans un rayon de 500 mètres autour de lui.

Développé par le Car2Car Communication Consortium, le système de communication entre véhicules permettra à chaque conducteur d’ajuster sa conduite en fonction d’informations communiquées par les autres véhicules présents dans un rayon de 500 mètres autour de lui. - Daimler AG

"La voiture de demain, plus connectée, plus autonome, plus intelligente sera aussi plus sûre pour ses passagers. Ces critères de sécurité, cette voiture sera même capable de les communiquer à tout son environnement, les autres  véhicules mais aussi les panneaux d'affichage, les bornes de sécurité, et plus globalement  tout ce qui compose nos futures villes et routes intelligentes. "

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les accidents de la route ont coûté la vie à 1,25 million de personnes en 2013. En 2014, plus d’un million d’accidents ont eu lieu en Europe, tuant 25 900 personnes et faisant 1,4 million de blessés. En France, avec 3 464 tués en 2015, la mortalité routière a augmenté de 2,4% en un an.

Pour mettre un frein à cette hécatombe, en plus des mesures législatives, les technologies numériques vont jouer un rôle majeur. L’automatisation des véhicules limitera en effet l’erreur humaine, responsable de la majorité des accidents de la route. Les constructeurs automobiles planchent ainsi sur des voitures autonomes, équipées de lasers, radars, caméras et autres capteurs. elles seront capables d’interpréter de façon dynamique leur environnement pour se piloter seules.

Google a déjà pris de l'avance

Parmi les acteurs du marché, C'est Google qui semble aujourd'hui avoir pris une longueur d'avance. Le géant de l’Internet possède actuellement 56 voitures autonomes (23 Lexus et 33 de ses propres prototypes). Depuis le début du projet, lancé en 2009, ces véhicules ont parcouru, de façon autonome, plus de 2,3 millions de kilomètres, dans les rues de Mountain View (Californie), Austin (Texas) et Kirkland (Etat de Washington). Verdict: seule une douzaine d’accidents mineurs ont été enregistrés. Non seulement personne n’a été blessé mais les voitures autonomes n’ont jamais été la cause de ces accidents.

En attendant la généralisation des voitures totalement autonomes, les capteurs embarqués permettront, à plus court terme, d’assister les conducteurs. C’est l’objet des travaux menés par le consortium Car2Car Communication. Les 16 constructeurs automobiles membres ont ainsi développé C-ITS, un système commun de communication entre véhicules (voitures, motos, camions…), qui devrait être généralisé à partir de 2019.

Les véhicules communiqueront automatiquement entre eux

Ce système permettra aux véhicules de communiquer leurs positions relatives, idéal par exemple pour signaler la présence d’un autre véhicule situé dans un angle mort. Surtout, il sera relié à différents capteurs internes au véhicule: stabilité, feux de détresse, airbags et autres outils de diagnostics. Dès lors un véhicule pourra communiquer automatiquement aux autres la présence d’une chaussée glissante, s’il est en panne ou accidenté. Les autres conducteurs ajusteront dès lors leur approche dans la zone concernée.

C-ITS permettra également de connaitre la position des véhicules d’urgence (ambulances, pompiers, police) à l’approche. Leurs seules sirènes donnent aujourd'hui en effet peu d’information sur leur provenance et leur direction. Les véhicules civils pourront alors dégager la voie plus efficacement.

Récompenser les conducteurs responsables

Un autre élément porte sur la collecte d’information quant à l'usage fait du véhicule; l’occasion de voir émerger de nouveaux services qui, indirectement, amélioreront la conduite des automobilistes. Exmple avec les contrats d'assurance. Allianz propose par exemple à ses assurés les plus responsables une réduction pouvant atteindre 30% de leur prime auto. Pour cela, l’assureur s'appuie sur un boitier connecté qui analyse le comportement de l’automobiliste (négociation des virages, gestion des freinages et accélérations), les conditions de conduite du véhicule (kilomètres parcourus de jour et de nuit, conditions de circulation) et sa fréquence d’utilisation. A partir de ces valeurs, consultables par l’assuré sur son smartphone, Allianz calcule une note qui va impacter la prime d'assurance du conducteur. Ce dernier pourra améliorer sa note en adoptant une conduite plus responsable et ainsi réduire le montant de sa prime.

Attention aux actes de piraterie informatique

Les véhicules connectés jouent déjà un rôle important dans l’amélioration de la sécurité routière. Mais davantage de bénéfices seront réalisés lorsque ces technologies ne pourront pas être piratées. En effet, si un hacker peut prendre, à distance, le contrôle d’un véhicule, comme cela a récemment été le cas, la voiture connectée se transforme purement et simplement en danger ambulant. Un point sur lequel s'attardent aujourd'hui tous les acteurs du secteur.

Eddye Dibar